A première vue, l’immeuble de la rue Danton, à Paris, semble être en pierre. Construit par François Hennebique, pour lui-même, ce bâtiment est en totalité réalisé en béton armé.

Construit par François Hennebique, pour lui-même, ce bâtiment est en totalité réalisé en béton armé.
Construit par François Hennebique, pour lui-même, ce bâtiment est en totalité réalisé en béton armé. [©ACPresse]
On dirait de la pierre, mais c’est en fait du béton.
On dirait de la pierre, mais c’est en fait du béton. [©ACPresse]

[Retrouvez l’article dans Béton[s] le Magazine n° 87] Difficile de deviner derrière l’enduit imitant la pierre naturelle que l’immeuble du 1 rue Danton, à Paris VIe est construit en béton armé. Certes, l’édifice est conçu selon une technique nouvelle de construction entre 1899 et 1900. Mais son architecte, Edouard Arnaud (1864-1943), aidé de l’ingénieur François Hennebique (1841-1921) en personne, en fait un usage encore “très sage”, dicté par les canons esthétiques du début de XXe siècle. En effet, la façade dévoile tout ce qu’il se fait de mieux, à l’époque, en termes de décoration architecturale. Ceci, à l’apparence typiquement Art Nouveau : trumeaux en panneaux en céramique, moulures, encorbellements, bow-windows, bandeaux en relief, larges baies en demi-cercle au-dessus des portes, colonnettes et tourelles d’angle se dessinent aux quatre coins du grand édifice.

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article