Les matériaux biosourcés : Une alternative durable aux pénuries

Tom Comminge
08/12/2021

Le secteur de la construction se trouve déstabilisé en raison des pénuries de matières premières. Pour compenser ce manque de ressources, les matériaux biosourcés peuvent être une solution efficace.

Le Village des Oiseaux à Motz (73) a été réalisé en matériaux biosourcés. [©Sandrine Rivière]
Le Village des Oiseaux à Motz (73) a été réalisé en matériaux biosourcés. [©Sandrine Rivière]

Les pénuries de ressources déstabilisent le secteur de la construction. Depuis presque un an, les tensions se sont intensifiées sur le marché des matériaux. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons, dont une forte croissance de la reprise économique et de la demande de produits.

Lire aussi : Pénuries sur les matières premières : la Filière Béton résiste

A l’avenir, les pénuries risquent de se répéter à l’échelle mondiale sur certaines matières premières. Selon l’association des industriels de la construction biosourcée (AICB), les matériaux biosourcés pourraient être la solution pour pallier ce problème. L’AICB se mobilise ainsi pour favoriser l’utilisation de ces matériaux. 

La disponibilité des matériaux biosourcés

Tout d’abord, pour l’association, ces matériaux sont, par nature, fabriqués avec des matières premières renouvelables. Dès lors que la ressource est gérée avec précaution, le stock se renouvelle sans risque de pénurie. Ensuite, la majorité des matériaux biosourcés utilisés, tels que le bois, le coton ou encore le lin, ne représentent que 1 % de la biomasse disponible. Offrant ainsi un taux conséquent de matières inexploitées.

De plus, les chaînes logistiques sont plus courtes. L’approvisionnement des ressources naturelles a lieu à proximité des sites de transformation et de fabrication des produits. Cette configuration les rend moins sensibles aux ruptures de chaîne logistique par rapport à d’autres solutions. Enfin, les acteurs de la filière biosourcée comptent bien développer leur offre pour répondre aux attentes des acteurs de la construction. Ils prévoient ainsi de doubler leurs capacités de production d’ici 2025.