La crise sanitaire a touché tous les segments du bâtiment. Le marché des isolants n’échappe pas à la règle et affiche un recul d’activité en 2020.

Le gouvernement lance un nouveau crédit d’impôt pour la rénovation énergétique des TPE et PME. [©Toit photo créé par welcomia - fr.freepik.com]
Le marché des isolants s’élève à 250 Mm2 en 2020. [©Toit photo créé par welcomia – fr.freepik.com]

Par bien des aspects, la crise sanitaire survenue, il y a presque un an, a touché le monde du bâtiment de plein fouet. Dans ce contexte, le cabinet de conseil et d’études TBC Innovations s’est intéressé au comportement des isolants. Que se soit pour les murs, les toitures et les planchers en France, en 2020. Ainsi, le marché des isolants s’élève alors à 250 Mm2, soit 41 Mm3 d’isolants posés l’année dernière. Les projections indiquent donc un recul de – 4,5 %. Selon l’étude, « la crise sanitaire et le confinement ont ralenti l’activité en résidentiel et en non résidentiel ». Accentuant les faiblesses des mises en chantier du neuf résidentiel depuis 2018. En effet, l’année 2020 signe la dégringolade de la construction neuve avec – 22 % dans le logement et – 23 % dans le non résidentiel [Lire notre article]. Dans la répartition, la rénovation est pour la 1ère fois depuis 2014, le marché le plus important de l’isolation thermique, en termes de superficie posée. Ainsi, le secteur du neuf représentait 46 % des superficies d’isolants alors que la rénovation s’est maintenue à 54 %.

Une inversion rénovation/construction neuve

« Si ce débouché a été impacté par l’arrêt de chantiers lors du confinement, les entreprises interrogées confirment un effet de rattrapage pour les maisons individuelles, indique TBC Innovations. En revanche, pour les collectifs et le non résidentiel, elles soulignent la lenteur de la reprise des chantiers et des suspensions quant aux ouvertures de nouveaux chantiers. » Dans la typologie des travaux réalisés, l’isolation des toitures et des combles représente un peu moins de la moitié des superficies des isolants posés. L’isolation thermique par l’intérieur ou l’extérieur des murs constitue la deuxième application, tandis que les isolants pour planchers et sols viennent s’inscrire en troisième place.

Reste à savoir si l’année 2021 va entériner l’inversion des tendances pour le marché des isolants posés dans les secteurs de la rénovation et la construction neuve. Portée notamment par les différents plans pour la rénovation énergétique. Ou si la construction neuve reviendra en force. Pour le moment, la FFB table sur une baisse des mises en chantier de 12,6 % en logement et de 6 % en non résidentiel…

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article