La thèse d’Imane Elkhaldi récompensée

Muriel Carbonnet
19/06/2023

Imane Elkhaldi, docteure en génie civil de Centrale Nantes, a reçu le prix de la recherche sur les bétons.

Les résultats de la thèse d’Imane Elkhaldi ont donné lieu au développement et au lancement de la démarche Vitaliss par Edycem. [©Edycem]
Les résultats de la thèse d’Imane Elkhaldi ont donné lieu au développement et au lancement de la démarche Vitaliss par Edycem. [©Edycem]

En 2014, Edycem, l’activité béton du groupe Herige, et Centrale Nantes lançaient une chaire de recherche inédite autour des bétons innovants. La renommée de cette chaire réside dans la mutualisation des compétences scientifiques, techniques et humaines propres à chaque partenaire.

Ainsi, Imane Elkhaldi, docteure en génie civil de Centrale Nantes, a reçu le prix de la recherche sur les bétons, à l’occasion du Congrès français du génie civil. Celui-ci s’est déroulé à l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay au mois de mai dernier. Les travaux de recherche d’Imane Elkhaldi ont été élus “Meilleure contribution scientifique sur les bétons”. Une reconnaissance décernée par Laure Regnaud et Pascal Bodet, respectivement directrice et président du conseil scientifique de l’Ecole française du Béton. Qui ont souligné l’originalité du sujet et des résultats à l’heure de la transition vers des matériaux de construction à empreinte carbone réduite.

Proposer des bétons responsables pour les bâtiments de demain

Les résultats de cette thèse ont donné lieu au développement et au lancement de la démarche Vitaliss par Edycem. A travers cette offre, l’industriel ambitionne la démocratisation et la systématisation de l’utilisation des solutions les moins carbonées sur le plus grand nombre d’ouvrages. Ceci, en commercialisant les bétons scorés C, sur l’échelle VitaScore, au prix équivalent d’un béton courant

Lire aussi : Vidéo – Gel/dégel : Vers un nouveau protocole d’essai ?

.

.

Les travaux de la thèse d’Imane Elkhaldi ont été effectués à l’Institut de recherche en mécanique génie civil. Ceci, sous la direction du professeur et titulaire de la chaire Ahmed Loukili. Ainsi que sous celle du professeur Emmanuel Rozière, lauréat du Prix de l’Association française de génie civil (AFGC) en 2022. Ils portent sur la mise en place d’un indicateur permettant de caractériser l’empreinte carbone des bétons décarbonés à base des CEM II/C et CEM VI. Tout en prenant en compte leur durabilité face à la corrosion. L’approche globale empruntée par Imane Elkhaldi considère la fonction réelle du béton : sa durabilité caractérisée par la durée de vie de l’enrobage en béton. Cet indicateur est fondamental dans le contexte actuel de transition vers des matériaux de construction à faible émission de carbone. Et ce, en réponse à la nouvelle norme environnementale.

Suivez-nous sur tous nos réseaux sociaux !