La fumée de silice occupe une place privilégiée dans la famille des additions de type II pour bétons. Elle a alimenté de manière importante les laboratoires de recherche et la littérature technique de la fin du XXe siècle.

Le barrage de La Coche (73) fait partie des premiers ouvrages, ayant vu l’emploi de fumées de silice dans les formulations de béton. [©Condensil]
Le barrage de La Coche (73) fait partie des premiers ouvrages, ayant vu l’emploi de fumées de silice dans les formulations de béton. [©Condensil]

II – Evolution des usages

Le développement de la fumée de silice a accompagné celui des superplastifiants. Mais l’évolution de son prix a fini par l’exclure de la fabrication des bétons courants. L’évolution des adjuvants permet aujourd’hui de réaliser un C80/95 sans fumée de silice. Pourtant, la fumée de silice reste presque incontournable en ce qui concerne l’ouvrabilité et la durabilité des bétons

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article