KP1 lance la correction complète des ponts thermiques

Rédaction
18/07/2016

KP1 a développé un système constructif en béton précontraint baptisé sobrement “KP1 Logement”.

1-KPI-Logement-BDLa RT 2012 exige que la déperdition linéique moyenne, à la jonction entre les planchers et la façade, n’excède pas 0,60 W/m.K. Pour être dans les clous, KP1 a développé un système constructif en béton précontraint baptisé sobrement “KP1 Logement”. Cette solution clefs en main s’articule autour de trois éléments de base, à commencer par la prédalle. Une prédelle particulière, puisque pré-équipée en usine de l’ensemble des dispositifs nécessaires à la mise en place des éléments d’isolation qui sont au nombre de deux. Tout d’abord, la ThermoPrédalle KP1 (exploitée dans le cadre d’un GIE), qui assure la correction des ponts thermiques dans le sens porteur de la prédalle. Elle s’insère dans des boîtiers intégrés en extrémité de ladite prédalle. Le second dispositif – et c’est là l’innovation – est le correcteur thermique longitudinal Pré.K Watt. Exclusivité KP1, il constitue en des éléments isolants, qui viennent se clipser sur des supports incorporés à la prédalle, juste avant la pose de celle-ci sur le chantier. L’idée de ce dispositif est d’assurer la correction du pont thermique sur la (les) rive(s) non porteuse(s) de la prédalle. Ainsi, entre la ThermoPrédalle et le Pré.K Watt, tous les cotés d’une prédalle en contact avec l’extérieur au niveau de la façade, d’un mur pignon… sont isolés. Après coulage de la dalle de compression, de manière traditionnelle, les correcteurs affleurent en face supérieure, sauf au droit des passages d’armatures structurelles. Ils disparaîtront une fois le doublage installé, assurant aussi une parfaite continuité de l’isolation.

KP1 Logement est proposé pour des planchers, dont les épaisseurs finales oscillent entre 18 cm et 25 cm, pour des longueurs pouvant atteindre 8 m. Il est adapté à tous les niveaux de planchers et peut être mis en œuvre, quelle que soit la zone de sismicité (de 1 à 5).

A titre d’exemple, KP1 précise que son système KP1 Logement, utilisé pour un plancher intermédiaire de 20 cm, dans le cadre d’une façade en béton de 20 cm aussi, doublée par l’intérieur, la déperdition moyenne enregistrée est de l’ordre de 0,48 W/m.K. Soit bien en deçà deu 0,6 W/m.K exigé par la réglementation. L’autre argument positif pour le maître d’ouvrage est la possibilité de réduire de 20 % le coût global de l’enveloppe, en comparaison à une solution ITE. Enfin, l’entreprise y trouvera aussi son intérêt, puisqu’elle devrait être en mesure de réaliser jusqu’à 100 m2/h de plancher.