Les douze objectifs HQE

Rédaction
27/05/2015

Lancé en 1996, le cadre de référence d’HQE se devait d’être dépoussiéré. Présenté le 26 mai, il compte désormais cinq principes, quatre engagements et douze objectifs.

Sylvia Pinel, Ministre du Logement, de l'Egalité des territoires et de la Ruralité a présenté le nouveau référentiel.

Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Egalité des territoires et de la Ruralité a présenté le nouveau référentiel.

Lancé en 1996, le cadre de référence d’HQE se devait d’être dépoussiéré. Présenté le 26 mai dernier, il compte désormais cinq principes, quatre engagements et douze objectifs.

Pour mieux correspondre au développement durable, le nouveau cadre s’appuie sur quatre engagements : la qualité de vie, le respect de l’environnement, la performance économique et le management responsable. Viennent s’y associer cinq principes qui correspondent à l’état d’esprit pour construire, rénover et exploiter les bâtiments durables : une vision globale, des réponses contextuelles, une action commune, des performances affichées et une dynamique de progression.

Pour mesurer ces engagements, HQE a établi douze objectifs, permettant de qualifier ce qu’est un bâtiment durable. Ainsi l’engagement pour la qualité de vie se décline en objectif n° 1 : des lieux plus sûrs et qui favorisent la santé, on parle ici de la sécurité et de la protection des personnes et des biens, de la qualité de l’air et de l’eau, des ondes électromagnétiques… L’objectif n° 2, des espaces agréables à vivre, pratiques et confortables, touche l’accessibilité, la qualité d’usage, les conforts hygrothermique, acoustique, visuel, olfactif. L’objectif n° 3, des services qui facilitent le bien vivre ensemble, traduit les services à disposition dans le bâtiment, les services disponibles à proximité et la mobilité.

Une utilisation raisonnée des énergies et des ressources naturelles (n° 4), la limitation des pollutions et la lutte contre le changement climatique (n° 5) et une prise en compte de la nature et de la biodiversité (n° 6) déterminent notamment la continuité écologique et la neutralité envers le vivant.

L’engagement pour la performance économique compte aussi en trois objectifs : l’optimisation des charges et des coûts (n° 7), l’amélioration de la valeur patrimoniale, financière et d’usage (n° 8) avec la notion d’obsolescence, et la contribution au dynamisme et au développement des territoires (n° 9).

Pour terminer, le management responsable se résume en trois objectifs : une organisation adaptée aux objectifs de qualité, de performance et de dialogue (n° 10), un pilotage pour un projet maîtrisé (n° 11) et une évaluation garantie de l’amélioration continue (n° 12).

Pour le moment, « tous les indicateurs permettant de mesurer la performance selon les douze objectifs ne seront pas disponibles dès la publication du nouveau référentiel », précise Patrick Nossent, président de Certivéa et Cerway. Mais la majorité d’entre eux le sont déjà. Il faut travailler sur les résultats des opérations pilotes pour pouvoir développer ceux-ci.

TELECHARGER LA BROCHURE DE PRESENTATION

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article