Hauraton réaménage l’aéroport de Nice – Côte-d’Azur

Yann Butillon
22/09/2019

Hauraton a développé des solutions chimiques, depuis plusieurs années, qui conviennent aux nombreuses contraintes des plates-formes aéroportuaires. Le chantier de réhabilitation de l'aéroport de Nice- Côte-D'azur lui a donc été confié.

Retrouvez cet article dans le n° 84 de Béton[s] le Magazine

Les caniveaux spéciaux d’Hauraton équipent des aéroports partout dans le monde. Et notamment, à Nice.  [©Hauraton]
Les caniveaux spéciaux d’Hauraton équipent des aéroports partout dans le monde. Et notamment, à Nice. [©Hauraton]

La problématique du drainage des eaux de surface des aéroports diffère de celle de la route. Les surfaces revêtues d’un aéroport sont très importantes et recueillent des quantités d’eau à évacuer. Qui peuvent être considérables. L’arrivée des super porteurs de types Airbus A380, dont l’engin de remorquage pèse, à lui seul, 80 t a aussi amené la refonte des systèmes de drainage. Depuis plusieurs années, Hauraton a développé un ensemble de solutions techniques particulières et adaptées aux multiples contraintes qu’imposent les plates-formes aéroportuaires.

Grâce à cette spécialisation, l’industriel a été sélectionné pour le réaménagement des postes avions 31-39 pour aéronefs code B (avions à hélice) et C (avions équipés de moteurs à pistons) de l’aéroport de Nice – Côte-d’Azur. Pendant trois mois, le chantier, d’une surface de 16 000 m2, a mobilisé près de 40 collaborateurs. En lien avec Eurovia, entreprise en charge des travaux, les postes avions ont été équipés de caniveaux en béton Faserfix TI d’Hauraton. Ce sont des caniveaux en béton armé BHP avec un système “maison” de cornières en fonte enveloppante. La manutention se fait rapidement et en toute sécurité grâce à des crochets Arteon. La pose se fait par un système d’emboîtement à triple mâchoire. Les caniveaux sont fabriqués en France et normés EN 1433. 

Retrouvez cet article dans le n° 84 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article