Harry Seidler : Entre modernisme et lyrisme

Muriel Carbonnet
22/10/2019

Harry Seidler, architecte australien d’origine autrichienne, est considéré comme l'un des principaux représentants du modernisme en Australie et le premier architecte à exprimer pleinement les principes du Bauhaus. Retour sur son parcours.

Retrouvez cet article dans le n° 68 de Béton[s] le Magazine

Réalisation de Berman House, située à Joadja, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie). [©Eric Sierins]
Réalisation de Berman House, située à Joadja, en Nouvelle-Galles du Sud (Australie). [©Eric Sierins]

A l’ambassade d’Australie, à Paris, conçue avec le célèbre ingénieur Pier Luigi Nervi. L’unique réalisation de Harry Seidler dans l’Hexagone, s’est tenue une exposition sur le parcours de cet architecte australien(1923-2006). Ce bâtiment est d’ailleurs reconnu pour son béton, son “brutalisme”, ses courbes à l’intérieur et ses grandes parois vitrées blanches. L’occasion de revenir sur son parcours.

Ainsi, l’exposition présentait les multiples projets réalisés en Australie, en Autriche, en France, en Israël, en Italie, au Mexique et à Hong Kong. Elle s’attachait à présenter le fruit des 12 années de collaboration avec des architectes tels que Walter Gropius, Marcel Breuer et Oscar Niemeyer, l’ingénieur Pier Luigi Nervi, et les artistes Josef Albers, Alexandre Calder, Norman Carlberg, Sol LeWitt, Franck Stella et Lin Utzon. 

L’ambassade d’Australie, à Paris, conçue avec le célèbre ingénieur Pier Luigi Nervi, unique réalisation de Harry Seidler dans l’Hexagone.  [©Max Dupain 1978 / Penelope Seidler]
L’ambassade d’Australie, à Paris, conçue avec le célèbre ingénieur Pier Luigi Nervi, unique réalisation de Harry Seidler dans l’Hexagone. [©Max Dupain 1978 / Penelope Seidler]

De l’Autriche à l’Australie

Né en 1923 dans une famille prospère à Vienne, en Autriche, le jeune Seidler a développé un intérêt précoce pour l’architecture. En 1938, il quitte Vienne et rejoint son frère en Angleterre pour échapper à l’Anschluss nazie. Il y étudie la construction au Technical College de Cambridge. Cependant, en mai 1940, il est interné sur l’île de Man en tant qu’“ennemi étranger”. Puis il envoyé dans un camp de prisonniers de guerre pendant 18 mois, au Canada. Libéré en 1941, il commence une formation en architecture à l’université du Manitoba, à Winnipeg. Après avoir obtenu un baccalauréat en architecture, il gagne une bourse d’études à la Harvard School of Design. Il sera l’étudiant de Walter Gropius, fondateur de l’école Bauhaus.

Harry Seidler, architecte australien d’origine autrichienne. [©Max Dupain 1973 / Penelope Seidler]
Harry Seidler, architecte australien d’origine autrichienne. [©Max Dupain 1973 / Penelope Seidler]

L’architecture doit pur lui offrir un monde meilleur aux hommes et doit être socialement responsable : un véritable mariage social, esthétique et technologique. Cela devient un principe fondamental de conception à partir de laquelle il n’a jamais dévié. Il part ensuite en Australie, où ses parents ont émigré et il y crée son entreprise en 1949. Il commence par des maisons, notamment la Maison Rose, qui fait sensation. Dans les années 1960, il s’attaque aux immeubles d’habitation et aux bureaux commerciaux. Son entreprise, Seidler & Associates, atteint son apogée au milieu des années 1980, employant 42 personnes. Les dessins évoluent pour inclure l’utilisation de courbes géométriques. Souvent mal compris, de nombreux bâtiments de l’architecte attirent la controverse, et dans certains cas, de sévères critiques. 

Quelque 180 bâtiments

Harry Seidler a conçu plus de 180 bâtiments, c’est véritablement une icône de l’architecture australienne. Quand il a déménagé en Australie, il a apporté des idées modernistes internationales et de la méthodologie, influençant la forme de l’architecture locale. Son travail est alors considéré comme révolutionnaire pour sa conception et ses techniques de construction avancées.

Harry Seidler croyait que l’architecture était une forme d’art. Un art qui sort à la fois de la conception simple et qui est fonctionnel. Sur plus de 50 décennies, il a produit une architecture moderne et audacieuse, des maisons aux des appartements, en passant par des bureaux et des ambassades, en Australie et à l’étranger : Australia Square Tower, MLC Centre, Blues Point Tower à Sydney, Hong Kong Club Building, Riverside Centre, à Brisbane, QV.1, à Perth, Hochhaus Neue Donau à Vienne… « Tout autant que les besoins du corps, ceux de l’esprit et de ses sens doivent être satisfaits. L’architecture appartient au monde de l’art autant qu’à celui de la technologie. Elle est la fusion entre l’intellect et l’émotion », expliquait l’architecte.

Maison de Harry and Penelope Seidler, à Sydney (Australie). [©Max Dupain]
Maison de Harry and Penelope Seidler, à Sydney (Australie). [©Max Dupain]

Retrouvez cet article dans le n° 68 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article