Fissuration thermique, spectaculaire mais sans gravité

Rédaction
28/09/2020

Expert béton et structure, Paul Acker expose des cas concrets de pathologies observées sur les structures. Premier exemple avec un bassin de stockage d’effluents souffrant de fissurations thermiques...

Retrouvez cet article dans le n° 90 de Béton[s] le Magazine

Faïencage visible, dont la maille est de l'ordre de 15 cm. [©Paul Acker]
Faïencage visible, dont la maille est de l’ordre de 15 cm. [©Paul Acker]

Un simple bassin de forme cubique, en béton faiblement armé (Fig 1), a été dimensionné sous chargement hydrostatique. La sollicitation majeure à laquelle il est soumis est due à un gradient thermique, de l’ordre de 50 °C.  Situé dans une usine agro-alimentaire, ce bassin-tampon est alimenté en continu par un mélange, très concentré et chaud, d’eau et d’acides gras. La température des effluents varie entre 50 °C et 75 °C. Cependant, le niveau de remplissage oscille en permanence, sur toute la hauteur du bassin. La fissuration et les efflorescences observées sur les parements extérieurs – spectaculaires, mais sans gravité – fournissent des informations précieuses sur les paramètres physiques et géométriques des fissures de retrait.

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Retrouvez cet article dans le n° 90 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article