Dossier : Le ciment, le béton et le bas carbone

Rédaction
27/09/2021

Avec la RE 2020, les solutions bas carbone fleurissent. Ciments et bétons se mettent aussi à la page. Mais où en sont vraiment les choses. Eléments de réponses avec les principaux acteurs de la Filière béton.

Article paru dans le n° 96 de Béton[s] le Magazine.

Il y a des films qui marquent leur époque. Malgré un titre somme tout simple, Le bon, la brute et le truand reste une œuvre majeure du western, sublimée par une bande originale d’Ennio Morricone. Ce principe de titre simple est repris pour annoncer le présent dossier “En couverture”. Il permet d’en résumer le contenu en quelques mots et sans surprise. Ainsi, même si la filière béton est aujourd’hui sous le feu de l’actualité environnementale, elle n’a pas attendu l’annonce de la RE 2020 pour entamer sa révolution. Déjà, en 2008, Béton[s] le Magazine éditait un hors-série abordant le sujet et intitulé “Construction durable”.  

Entre 1990 et 2015, l’industrie cimentière a réduit son empreinte carbone de 40 % ! Et ambitionne une neutralité à partir de 2050… Pour ce faire, elle agit sur tous les leviers : actions sur les process industriels, utilisations de combustibles alternatifs, lancements de nouveaux ciments, recherches autour des technologies de rupture. Et travaille sur l’aval, c’est-à-dire sur les bétons, sur leurs utilisations et sur leur logistique. Plus qu’une évolution, la filière est en train de vivre ou de faire sa révolution. Mais à pas mesurés, comme le conseille le proverbe italien :“Chi va piano va sano”. Ce qui donne comme équivalent en français : “Qui veut voyager loin ménage sa monture”. Ou, comme l’écrivit Jean de la Fontaine dans le premier vers du « Lièvre et la tortue » : “Rien ne sert de courir, il faut partir à point”. 

Dossier préparé par Sivagami Casimir et Frédéric Gluzicki

Sommaire du dossier :

Article paru dans le n° 96 de Béton[s] le Magazine.