Disparition de Jacques Jessenne, ancien président de l’AQC

Rédaction
19/01/2018

L’Agence Qualité Construction (AQC) vient d’annoncer le décès accidentel de Jacques Jessenne, son ancien président de 2009 à 2016.

Décès accident de l’ancien président de l’AQC de 2009 à 2016, Jacques Jessenne. [©AQC]

Décès accident de l’ancien président de l’AQC de 2009 à 2016, Jacques Jessenne. [©AQC]

L’Agence Qualité Construction (AQC) vient d’annoncer le décès accidentel de Jacques Jessenne, son ancien président de 2009 à 2016. Et également président de la Commission Prévention Produits (C2P) sur la même période. « Dès les années 1990, il a été très actif au sein de l’AQC et a, en particulier, été un acteur de la création de la Commission Prévention Construction (CPC). Durant ses présidences, il a permis une évolution importante de l’AQC, élargissant son action dans l’intérêt collectif de prévention de la sinistralité dans la construction, avec entre autres, la réorganisation et la structuration de ses observatoires, les missions de secrétariat technique des programmes Rage et Pacte, le développement de moyens numériques pour diffuser les connaissances accumulées, permettre à la C2P d’être la référence qu’elle est aujourd’hui et enfin, consolider sa gouvernance et son organisation, en permettant en particulier la création de délégations régionales », peut-on lire dans un communique de presse conjoint de Laurent Peinaud, actuel président de l’AQC et Philippe Estingoy, son directeur général.
Jacques Jessenne était également membre du directoire de Socotec et président de Coprec Construction. « ll a été pour l’équipe de l’AQC un président chaleureux, soutien permanent de nos actions, visionnaire de notre évolution, soucieux de tous et fier ce que nous avions fait ensemble. Il nous a encore fait part il y a quelques jours de son plaisir à voir avancer l’AQC sur les voies qu’il nous avait aidé à construire. C’est un guide et un homme chaleureux que nous avons aimé et qui nous manquera. »

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article