Didier Petetin, l’autre visage du directeur général délégué de Vicat

Muriel Carbonnet
27/01/2022
Modifié le 05/04/2022 à 16:34

Didier Petetin est le directeur général délégué du groupe Vicat et le directeur opérationnel de ses activités en France. Derrière ces fonctions et ses responsabilités se cache une passion de toujours : le dessin. Retrouvez-le dans la BD “La fable du centaure”.

« J’ai fait participer ma famille. Ma fille de 19 ans, Aurore, a même créé la couverture », précise Didier Petetin. [©Lilia el Golli]
« J’ai fait participer ma famille. Ma fille de 19 ans, Aurore, a même illustré la couverture », précise Didier Petetin. [©Lilia el Golli]

C’est un homme très occupé par ses fonctions chez Vicat. Il est le directeur général délégué du groupe Vicat et le directeur opérationnel de ses activités en France, prenant à cœur ses missions. A la tête de 3 000 collaborateurs pour un tiers du chiffre d’affaires, son principal objectif est de proposer des solutions et matériaux de construction minéraux et biosourcés, et des services. Dans la droite ligne de l’offre bas carbone.

Malgré un emploi du temps 100 % dédié à son poste, Didier Petetin trouve quand même la parade pour s’adonner à sa passion : le dessin ! « D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours dessiné. Ma grand-mère, mon père, ma sœur et mon frère dessinaient. J’ai toujours été baigné dans cette ambiance. Pendant mes études aux Arts et Métiers, je me suis rendu compte de l’influence de cet art. Le dessin humoristique est un bel outil de communication, très expressif, parfois sensible. Dans les années 1990, j’ai même vendu des dessins. J’ai gagné un concours où Jacques Faizant m’a fait une superbe dédicace. J’étais aux anges. Je suis imprégné des univers de Gotlib, de Franquin ou de Serre. » Didier Petetin griffonne toujours sur un coin de table, il ne peut s’en empêcher.

Didier Petetin : « Le hasard fait bien les choses« 

“La fable du centaure”, texte de Gabrielle Halpern et dessins de Didier Petetin, en vente à partir du 2 février dans toutes les bonnes librairies ou disponible chez l’éditeur. [©DR]
“La fable du centaure”, texte de Gabrielle Halpern et dessins de Didier Petetin, en vente à partir du 2 février dans toutes les bonnes librairies ou disponible chez l’éditeur. [©DR]

Et puis, il y a le hasard des rencontres, qui fait tout basculer et aboutir à une BD originale et initiatique telle“La fable du centaure”. Texte de Gabrielle Halpern et dessins de Didier Petetin. « Tout a commencé pendant le premier confinement. Brice Soccol, ami proche de Gabrielle Halpern, m’a demandé des dessins humoristiques pour son site confinews.net. Un par jour, un par semaine et maintenant, un par mois pour rebondir sur l’actualité. C’était une belle façon de s’évader. » Vous pouvez toujours découvrir ses dessins sous le pseudo 20CH187.

En février 2021, Gabrielle Halpern lui téléphone et lui propose de participer à la mise en place sous forme de BD de sa thèse sur l’hybridation. Une superbe aventure commence. « La collaboration était fluide avec Gabrielle qui m’envoyait ses extraits de scénario régulièrement. J’ai dû inventer les personnages, ne pas me tromper… Un véritable accouchement. Je comprends mieux les artistes maintenant. J’ai alterné des moments de franche créativité avec des périodes de saturation. Et ce, pendant les vacances et les weeks-end. Mais c’était aussi un moyen de me ressourcer et de prendre l’air. J’ai fait participer ma famille.  Ma fille de 19 ans, Aurore, a même illustré la couverture. »

Autour du centaure

Mais qu’est-ce donc que “La Fable du centaure” ? La grand-mère cheval se lamente : « Qu’est-ce qu’on va faire d’elle ? C’est une bâtarde ! C’est la transgression de la nature ! » Au-dessus du berceau, humains et chevaux se regardent avec méfiance… La jeune centauresse n’entre dans aucune case : c’est une hybride ! Lasse des préjugés, elle décidera de partir à l’aventure. Ses rencontres multiples avec des animaux, des végétaux, des monstres et sa découverte des sciences l’aideront à se forger une philosophie de vie. 

Et si l’hybridation était une chance ? Et si tout devenait “centaure” : sciences, objets, matériaux, produits et services, modes de consommation et de commercialisation, entreprises, institutions publiques, métiers, bâtiments, manières d’innover, d’habiter et de travailler ? Cette BD est initiatique pour aller vers l’Autre et comprendre le monde tel qu’il se transforme. Le dessin de Didier Petetin, sensible et élégant, rend compte de ce conte pour adultes. « J’ai même mis des touches de bas carbone, de nouveaux liants… Je me suis inspiré de mon environnement de travail aussi. »

Prochaine étape après la sortie en boutique, le Festival de la bande dessinée d’Angoulême le 19 mars en tant qu’auteur… une consécration pour un amateur. « Top ! », s’exclame-t-il.

Muriel Carbonnet

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article