Delorenzo BTP : Entre ingénierie, préfabrication et BPE

Sivagami Casimir
04/02/2022
Modifié le 04/04/2022 à 12:38

Le groupe aquitain Delorenzo BTP se développe autour de trois entités : IMC, Préfa 2 Gascogne et Bétons 2 l’Avance. Avec une usine et des bureaux flambants neufs, c’est le début d’une nouvelle aventure…

Article paru dans Béton[s] le Magazine n° 98

 Michel Caubet, directeur général du groupe Delorenzo BTP [©Delorenzo BTP]
Michel Caubet, directeur général du groupe Delorenzo BTP. [©Delorenzo BTP]

A la base, Delorenzo BTP s’est spécialisée dans la construction de maisons individuelles et de petits collectifs. D’année en année, la société implantée en Nouvelle-Aquitaine évolue pour devenir un groupe et se diversifie avec de nouvelles activités complémentaires. Sous la houlette de Michel Caubet, le directeur général, trois entités viennent de voir le jour. Le groupe s’attaque aussi à d’autres secteurs d’activité, et réalise des lotissements ou encore des centres commerciaux. Et ce, principalement auprès de promoteurs privés. Leur point de convergence : le béton. « Nous faisions beaucoup de plans ou de contrôles pour nos confrères. Nous avons donc décidé d’intégrer un bureau d’études structure béton qui s’appelle IMC1. »

Cette création n’est qu’une première étape. « Il y a quatre ans, nous nous sommes retrouvés orphelins de préfabricant, lorsque notre sous-traitant s’est fait racheter… Après un appel d’offres réalisé dans la région, qui s’est avéré peu concluant, nous avons décidé de nous lancer directement dans l’industrie du béton. » Ainsi, avec l’arrivée de son fils Florian Caubet, le projet “préfa” a pu prendre forme. « Le 26 mars 2019, nous avons obtenu le permis de construction à Samazan, entre Bordeaux et Agen, pour l’érection de deux halls d’usine de 6600 m2 et des bureaux. » Mais, à ce moment-là, les banques n’ont pas suivi. C’est finalement début 2021, que le budget définitif sera validé et les halls de production comptent désormais 4 030 m2. Au total, 7,35 M€ d’investissements sont nécessaires pour la création de deux nouvelles activités : Préfa 2 Gascogne et Bétons 2 l’Avance. Cette dernière sera consacrée au BPE.

Une centrale à béton à la pointe

« Nous avons choisi de nous orienter vers de la préfabrication lourde, en nous spécialisant dans les grosses pièces. Nous sommes peu à pouvoir en réaliser. Nous misons sur des pièces uniques, pas de séries ou de précontraintes, car nous ne voulons pas être en concurrence avec les entreprises spécialisées dans ce domaine. »

Le hall “préfabrication” dispose d’une capacité de levage de 40 t avec deux ponts de 20 t couplés et profitant d’une hauteur de 10 m sous crochet. Toute automatisée, l’usine a recours à des moules en acier et inox de 24 m de long pour la fabrication de murs, de balcons ou encore des poutres… « Nous bénéficions aussi d’un système de lavage automatique EcoFrog, avec quatre bassins de décantation pour le recyclage des eaux de process. Pour Préfa2Gascogne, nous avons fait une estimation de chiffre d’affaires de 3 M€ en 2025, mais nous pouvons facilement atteindre les 6 M€... »

De son côté, la centrale a été imaginée pour faire des Bfup, des bétons auto-plaçant et colorés. « A l’avenir, nous comptons mettre en place un convoyeur pour alimenter directement l’usine de préfabrication. » Pour le moment, l’outil est doté d’un malaxeur conique Kniele de 1,5 m3, d’un distributeur automatique de colorants et d’un bol vibrant pour fibres métalliques. Un bol vibrant pour les fibres polypropylènes fera l’objet d’un futur investissement. « Nous avons travaillé sur l’adjuvantation pour optimiser les bétons et suivre leur transformation. »

Bétons 2 l’Avance regarde aussi vers les bétons et ciments bas carbone pour de futures évolutions. « Nous avons défini une capacité prévisionnelle de 6 000 m3/an de BPE. Notre philosophie est de miser sur le qualitatif et de ne pas faire du rapide pour faire du rapide… » Au niveau de la centrale à béton, d’un point de vue national, nous devons être dans les trois premiers, en termes de performance avec nos efforts sur le recyclage, le nettoyage et l’adjuvantation. » En termes de logistique, le groupe dispose déjà d’une toupie et de plateaux de transports pour la préfabrication à disposition des transporteurs indépendants. « Nous comptons investir dans une autre toupie ou faire appel à un locatier. » Enfin, avec une quinzaine d’embauches prévues, le groupe a pour volonté d’attirer les jeunes dans cette nouvelle aventure…

Sivagami Casimir

1Ingénierie Méthode Conception.

Article paru dans Béton[s] le Magazine n° 98

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article