CSTB’Lab : A la recherche des bâtiments de demain

Sivagami Casimir
22/07/2020

En 2017, le CSTB monte le CSTB’Lab. Imaginé comme un accélérateur de start-up, l’incubateur prend sous son aile des entreprises tournées vers le bâtiment durable, responsable et connecté. Visite guidée avec Rémi Bouchié, directeur du CSTB’Lab.

Retrouvez cet article dans le n° 89 de Béton[s] le Magazine.

Rémi Bouchié a pris la direction du CSTB’Lab au mois d’avril dernier.
Rémi Bouchié a pris la direction du CSTB’Lab au mois d’avril dernier. [©CSTB]

Fondé il y a 3 ans, en partenariat avec Impulse Partners, le CSTB’Lab s’intéresse aux start-up qui s’inscrivent dans l’exploration du bâtiment durable, responsable et connecté. En bref, le bâtiment de demain. Une thématique qui colle parfaitement à la feuille de route du CSTB. « Le Centre oriente ses travaux de recherche autour des enjeux stratégiques que sont notamment l’économie circulaire, le bas carbone, ou encore le réemploi ou la qualité de l’air intérieur », explique Rémi Bouchié, directeur du CSTB’Lab. C’est donc de façon naturelle que le CSTB accompagne les innovations dans ces domaines. « Depuis 2017, nous avons accueilli environ une trentaine de start-up. Nous proposons 3 à 4 sujets thématiques par an. » Une fois les grands thèmes dessinés, le CSTB’Lab, grâce à sa veille, repère les start-up susceptibles d’être accompagnées par son accélérateur. « Les entreprises peuvent aussi candidater de manière spontanée, notamment via notre site Internet ou les réseaux sociaux. »

Un accès aux connaissances techniques et scientifiques du CSTB

Les start-up disposent des locaux de l’incubateur du CSTB à Paris dans le XVIe arrondissement.
Les start-up disposent des locaux de l’incubateur du CSTB à Paris dans le XVIe arrondissement. [©CSTB]

La sélection des start-up est réalisée sur dossier par un jury de professionnels du CSTB. Le but n’étant pas de retenir un nombre de start-up précis, mais de s’assurer que la collaboration soit bénéfique pour les deux parties. « Nous auditons une dizaine d’entreprises. Nous regardons le côté disruptif de leur projet et ce que le CSTB peut apporter. » Le CSTB’Lab se positionne entre la phase de prototypage et la phase industrielle et commerciale. « Nous visons l’accélération avant la massification. » Les start-up disposent des locaux de l’incubateur du CSTB à Paris dans le XVIe arrondissement. Rémi Bouchié réalise un entretien personnel avec chacune d’elles, afin de spécifier quel est son objectif, de prioriser les axes d’accompagnement et enfin de désigner un parrain. « Pendant un an, elles disposent d’un parrain issu des équipes de chercheurs du CSTB. » Son rôle consiste à informer, conseiller, mais aussi mettre en relation les start-up et les interlocuteurs adéquats à l’évolution de leur projet. C’est aussi à travers ce parrain que les entreprises ont accès aux connaissances scientifiques et techniques du CSTB. Si les projets de digitalisation et de traitement des datas sont bien représentés, le CSTB’Lab accueille aussi des solutions constructives concrètes. « Nous souhaitons co-construire et co-développer avec les start-up que nous accueillons. L’objectif à l’issue de l’accompagnement est d’aboutir à des partenariats et à des collaborations sur le long terme et d’explorer de nouveaux sujets de recherches », conclut Rémi Bouchié. En ce moment, 18 start-up bénéficient de l’accélérateur.

Juillet 2020

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article