Concours Jeunes AFGC 2021 : « J’avais de l’appréhension, car j’étais le plus jeune »

Muriel Carbonnet
03/06/2021

La première concours Jeunes AFGC 2021 vient de récompenser quatre lauréats. Interview de Florian Oulhen, 19 ans, le plus jeune de la sélection, mention “Etudiant”.

Florian Oulhen est le vainqueur du prix “Etudiant“ du concours organisé par l’AFGC. [©AFGC]
Florian Oulhen est le vainqueur du prix “Etudiant“ du concours organisé par l’AFGC. [©AFGC]

Le concours Jeunes l’AFGC 2021 est organisé par la commission Jeunes de l’Association française de génie civil (AFGC), avec le soutien de l’Association universitaire de génie civil (AUGC). L’objectif est de valoriser les métiers du génie civil auprès des étudiants, des techniciens et des ingénieurs de moins de 35 ans. Rappelons que ce secteur est un acteur majeur de l’industrie française au cœur du fonctionnement de notre société. Il représente en termes d’activité, tous acteurs confondus, 11 % du produit intérieur brut de la France.

Lire aussi :
« Nous lançons la première édition du concours Jeunes AFGC 2021 »

En mars dernier, les candidats ont donc pitché devant un jury composé d’une dizaine de personnalités du domaine du génie civil : professionnels, scientifiques, enseignants, chercheurs, représentants des associations partenaires. La remise des prix aux lauréats aura lieu en septembre prochain, lors de la conférence GC’2021, à Paris.

Les quatre vainqueurs sont les suivants : 

  • Le Premier prix mention “Jeune ingénieure” est attribué à Loriana Pace ;
  • Le prix mention “Etudiant” revient à Florian Oulhen [Lire interview] ;
  • Les seconds prix ex-aequo mention “Jeune ingénieur” sont décernés à Arnaud Bouard et à Mariano Ferrari.

Interview de Florian Oulhen

Florian, pouvez-vous vous présenter ?

Florian Oulhen : J’ai 19 ans, je vis dans le Finistère. J’ai toujours aimé le monde du génie civil et de la construction. Mon grand-père maternel a travaillé dans le génie civil avant de monter son entreprise de maçonnerie. Il m’emmenait très jeune sur ses chantiers et sur d’autres plus emblématiques. Il était donc normal que je suive ses pas.

C’est ainsi que je termine ma 2eannée de l’IUT génie civil et construction durable de Morlaix. C’est lors de cette année que j’ai fait mon alternance chez Celtys, préfabricant de produits en béton, sous la tutelle d’Isabelle Frigout. Cette dernière m’a vivement conseillé d’adhérer à l’AFGC. Et c’est là que j’ai découvert le concours Jeunes AFCG 2021. Je la remercie pour ses conseils judicieux et sa formation.

Sur quoi a porté votre projet ?

C’était un vrai défi pour moi, à la fois personnel et professionnel. Je représentaisCeltys et mon IUT. De plus, le concours était ouvert à des participants de toutes les nationalités, âgés au plus de 35 ans, avec l’accord de leur hiérarchie. Moi, je n’avais que 19 ans !

Mon projet était innovant et représentaitun réel intérêt pour les entreprises du secteur. Initié il y a trois ans chez Celtys, le projet en deux parties a d’abord et confié déjà à deux autres étudiants de l’IUT de Morlaix (Erwan Rius et Kilian Peron). Il consistait à réaliser des objets BIM qu’on peut faire varier suivant certaines contraintes, notamment dimensionnelles. Ses objectifs : rendre vivant l’objet avec une programmation assez simple, comme par exemple les ancrages de levage de panneaux suivant le centre de gravité de ses derniers… Et la seconde partie était de rendre automatique la réalisation de devis grâce au logiciel Tekla. Tout ceci était applicable à la gamme des bâtiments agricoles de Celtys. En fait, il s’agissait de placer les objets qui constituent le bâtiment dans la maquette BIM. Et ensuite de faire la sélection de l’ensemble du bâtiment pour obtenir les devis.

Que vous a apporté ce concours ?

J’ai pu développer mon réseau dans le génie civil. Le fait d’être passé devant un jury de professionnels du secteur m’a beaucoup enrichi. J’ai pu découvrir les autres projets, très intéressants des autres candidats. Je vais continuer dans ce domaine en intégrant un cursus d’ingénieur bâtiment à l’Ecole des mines d’Alès.

Propos recueillis par Muriel Carbonnet

Pour en savoir plus