Le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro

Rédaction
11/03/2021

Le Christ Rédempteur surplombe la ville de Rio de Janeiro et en est un peu l’emblème. Inaugurée en 1931, cette statue haute de 38 m est l’œuvre du sculpteur français Paul Landowski. Depuis 2006, elle est devenue un sanctuaire catholique.

Statue du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro, aujourd’hui.  [©DR]
Statue du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro, aujourd’hui. [©DR]

Quoi de plus connu et de plus symbolique au monde que la statue du  “Cristo Redentor” – le Christ Rédempteur -, véritable carte postale de la ville de Rio de Janeiro ? Equivalent brésilien de la Tour Eiffel, la statue est visible de presque tous les points de la ville, perché sur le mont Corcovado, à 700 m au-dessus de niveau de la baie de Guanabara, l’une des plus majesteuses au monde. La nuit, elle bénéficie d’une puissante illumination blanche, laquelle fut mise en place en 2000, en lieu et place de démodées vieilles lampes jaunes.

Lorsque la brume tombe un peu, que la statue se confond avec les nuages lorsque la chaleur de la journée s’estompe, la vision du Christ est totalement lunaire, quasi irréelle. Les dimensions de la statue y sont pour quelque chose puisque, bras ouverts, l’envergure est de 28 m pour un poids qui avoisine les 1 200 t. Le seul socle sur lequel repose l’ouvrage mesure 8 m de haut.  La statue en elle-même mesure 30 m. Près de deux millions de personnes viennent chaque année s’y recueillir ou, plus simplement, s’y rendent pour bénéficier d’une vue unique sur la ville en contrebas. 

Albert Caquot pour la structure

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, venant soutenir la candidature de la statue du Christ Rédempteur au concours international des Sept nouvelles merveilles du monde.  [©DR]
Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, venant soutenir la candidature de la statue du Christ Rédempteur au concours international des Sept nouvelles merveilles du monde. [©DR]

Construite pour célébrer le 100e anniversaire de l’indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal, la statue devait être inaugurée en 1922. Mais faute de budget, il faudra attendre le 12 octobre 1931 pour voir son achèvement. Cinq années seront nécessaires pour ériger un ouvrage capable de résister à des vents de 250 km/h. Impossible pour le climat de Rio, mais les concepteurs auront préféré jouer la prudence… C’est à Paul Landowski, sculpteur français d’origine polonaise, que les Brésiliens doivent un de leurs sites touristiques les plus visités.

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne