Capeb : De nouveaux signataires contre le prix des matériaux

Yann Butillon
28/11/2022

Vingt-quatre nouveaux signataires industriels rejoignent l’initiative de la Capeb pour lutter contre la crise du prix des matériaux.

Vingt-quatre nouveaux signataires rejoignent l’initiative de la Capeb pour lutter contre la crise du prix des matériaux. [©Capeb]
Vingt-quatre nouveaux signataires rejoignent l’initiative de la Capeb pour lutter contre la crise du prix des matériaux. [©Capeb]

Les chiffres de l’activité des entreprises artisanales du bâtiment au 3e trimestre 2022 le confirment. La tension sur les prix et les difficultés d’approvisionnement perdurent et affectent tous les corps de métier. Cette tendance est amenée à se poursuivre en 2023. Ce contexte menace la croissance du secteur dans son ensemble. Et plonge les entreprises artisanales du bâtiment dans une situation d’imprévisibilité inédite,

Pour préserver le niveau d’activité de la filière, la Capeb avait lancé, en avril dernier, un appel à la solidarité économique aux acteurs de la filière. A l’époque, 8 industriels et distributeurs1 avaient répondu présents. Désormais, 24 partenaires² les rejoignent pour s’engager aux côtés des entreprises artisanales du bâtiment et faire face à cette crise sans précédent.

Pas d’amélioration en 2023

« Le marché ne pourra pas continuer à subir des hausses de coûts des matières premières, telles que nous le vivons aujourd’hui, déclare Jean-Christophe Repon, président de la Capeb. Et les prévisions indiquent que la situation ne va pas s’améliorer en 2023. Nous devons agir ensemble pour limiter au plus juste l’impact de la hausse du coût des matériaux. Nous nous félicitons aujourd’hui de la décision des acteurs de s’engager dans une démarche de solidarité économique au sein de la filière. Elle est, pour nous, essentielle, si nous voulons parvenir à maintenir l’activité. Et accélérer la contribution du secteur à la transition énergétique. »

Lire aussi : Nominations en cascade pour le nouveau bureau de la Capeb

Pour ce 3e trimestre 2022, les conséquences de ces hausses s’accentuent. La croissance de l’activité des PME du bâtiment ralentit, passant de 3 % à 2 % en volume. Ceci, alors que le contexte de prix des matériaux demeure très dégradé. Et que la crise énergétique pèse de plus en plus lourdement sur les entreprises artisanales. Ces dernières font d’ailleurs état de besoin en trésorerie important (15 % d’entre elles déclarent des besoins de trésorerie, pour un montant moyen de 22 000 €). Elles confirment aussi une détérioration de leurs marges (solde d’opinion à – 39 points, avec 42 % des entreprises rapportant une baisse de leurs marges).

Vingt-quatre nouveaux signataires pour la Capeb

Ainsi, les 24 nouveaux signataires s’engagent sur les propositions suivantes : informer au préalable leur client des hausses de prix. Mais aussi émettre des devis valables au moins un mois (hors produits à court), et augmenter leur prix seulement le 1er de chaque mois. « Autant d’engagements, pris dans le cadre d’une démarche inter-filière inédite. Qui sont très encourageants, afin que la filière dans son ensemble et les entreprises artisanales du bâtiment que je représente parviennent à sortir par le haut de la crise que nous traversons. Nous continuerons à porter cette voix dans d’autres hémicycles, tels que l’Assemblée nationale », conclut Jean-Christophe Repon.

1BDR Thermea France au travers de ses marques De Dietrich, Berner, Chappée et Oertli, Coroxyl, Dimos, Layher, Téréva, Urmet/Yokis France et Viessmann.

2Frans Bonhomme, le groupe Herige et ses trois sociétés (VM, Atlantem, Edycem), Pladur, Saint-Gobain Distribution Bâtiment France et ses sociétés associées (Point.P, Cedeo et Brossette, La Plateforme du Bâtiment, Pum Plastiques, Asturienne, SFIC, Dispano, Décocéram, CDL Elec), Isover, Knauf Insulation, Placo et l’Oracab Weber, Wurth, Wienerberger