Barrage de Vajont : La folie des hommes

Rédaction
14/01/2021

On a récemment commémoré les 50 ans de la rupture du barrage de Malpasset. Mais qui, en France, connaît l’histoire de la catastrophe du barrage du Vajont, qui a balayé en quelques minutes la petite ville italienne de Longarone ?

La montagne est tombée dans le lac. Le village de Longarone après la catastrophe du 9 octobre 1963. Il sera reconstruit par ses habitants. [©Giuseppe Zanfron]

C’est le soir du 9 octobre 1963. Des pluies diluviennes s’abattent sur la région de Longarone, à  80 km au Nord de Venise. Comme à Malpasset1, la catastrophe survient peu après 21 h 00, alors qu’une majorité d’habitants regarde un match de football à la télévision. Cela fait maintenant trois ans que le barrage édifié sur le torrent Vajont2 est en eau. Le volume de la retenue atteint de 150 Mm3. A l’époque, avec ses 261 m et une largeur à la base atteignant 22 m, ce barrage voûte est le plus haut d’Europe.

Imaginé par la Sade, une compagnie privée, il est pris en charge dès le début de son exploitation par l’Enel, l’équivalent italien d’EDF. Les enjeux économiques sont considérables, et malgré plusieurs alertes qui montrent l’instabilité des couches superficielles de la montagne entourant le barrage, le projet se poursuit. Des simulations sur maquette sont  réalisées à l’université de Padoue. Elles sont rassurantes. Même si une masse importante de terres et de rochers est susceptible de tomber dans le barrage, le processus est jugé très progressif.

Le béton a tenu…

Pourtant, 260 Mm3 de terre, soit deux fois le volume de la retenue d’eau, vont descendre en quelques secondes dans

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne