Ile de France : D’après le Cerc, le secteur du bâtiment reste debout

Rédaction
26/09/2022
Modifié le 28/09/2022 à 12:19

Dans une étude, le Cerc estime que le secteur du bâtiment reste debout. Il l'explique par une évolution constante de l'emploi.

Article paru dans Béton[s] le Magazine n° 102.

Le secteur du bâtiment en Ile-de-France est en constante évolution. [©Sogea]
Le secteur du bâtiment en Ile-de-France est en constante évolution. [©Sogea]

Le Cerc a publié une étude sur l’évolution de l’activité, de l’emploi et de la formation dans le bâtiment en Ile-de-France. Après une année 2020 fortement perturbée par le Covid-19, le secteur montre qu’il n’est pas à bout de souffle. En effet, d’après les derniers scénarii d’évolution du chiffre d’affaires du bâtiment, il devrait rester en constante évolution pendant les cinq années à venir. Dans le meilleur des cas, le CA en 2026 devrait monter à plus de 45 M€, contre moins de 35 M€ en 2020. Cette hausse s’explique par une évolution constante de l’emploi. Entre 2009 et 2019, le bâtiment a recruté 48 732 salariés, dont 21 902 dans le gros œuvre et 26 830 dans le second œuvre. 

Retrouvez l’actualité des entreprises en région Ile-de-France

Le Cerc a aussi constaté une nette modification des pyramides des âges du secteur. La tendance se tourne désormais vers la jeunesse. Le taux de salariés de la production, de l’administratif et du commercial de moins de 25 ans a doublé depuis 2016. Malgré des résultats encourageants, le bâtiment peine à embaucher, en particulier dans la charpenterie, la menuiserie ou encore la plomberie. Plus de la moitié des projets de recrutements pour ces professions ne sont pas aboutis. En ce qui concerne la formation en Ile-de-France, la répartition des jeunes selon les métiers de production varie énormément. Les étudiants en maçonnerie, par exemple, proviennent pour la moitié de la voie scolaire, tandis que les autres ont bénéficié d’une formation en apprentissage. Enfin, le nombre de contrats de professionnalisation a diminué de moitié entre 2019 et 2020.

Article paru dans Béton[s] le Magazine n° 102.