Alpes Contrôles : Les yeux rivés sur les ouvrages d’art

Tom Comminge
12/01/2022

Alpes Contrôles crée un pôle national dédié à l’inspection des ouvrages d’art. L’organisme de contrôle propose ainsi un service dédié pour l’inspection, la maintenance et l’entretien de ces réalisations.

Pont du parcours Vélo-rails autour de MEDREAC (35). [© Alpes Contrôles]
Pont du parcours Vélo-rails autour de MEDREAC (35). [© Alpes Contrôles]

Alpes Contrôles s’oriente dans la maintenance des ouvrages d’art, en créant un pôle national dédié. D’après l’organisme de contrôle, les ponts, les passerelles ou encore les tunnels sont des maillons essentiels des réseaux de circulation. Ces derniers sont d’ailleurs soumis à des contraintes environnementales sévères. Provoquant ainsi le vieillissement accéléré des matériaux, des constituants et de leur structure. Alpes Contrôles propose désormais des services d’inspection des structures et d’assistance pour la définition de la politique de maintenance et d’entretien des ouvrages d’art.

Michel Destaing à la manœuvre

Ainsi, l’organisme a choisi Perpignan (66) pour ouvrir sa 51e agence et installer ce nouveau pôle. Michel Destaing, spécialiste dans l’inspection d’ouvrages d’art, se chargera de piloter cette activité nationale. « L’inspection des ouvrages d’art est une activité qui permet à Alpes Contrôles d’élargir son champ d’activité, explique Michel Destaing.

Lire aussi : Inauguration du Pavillon by Cemex à Paris

On reste sur le domaine d’Avis technique et de sécurité, mais c’est un métier différent de contrôleur technique. » Même si la loi française n’impose pas les inspections d’ouvrages, il est de la responsabilité d’un gestionnaire d’assurer la sécurité des usagers pour tout ouvrage, dont la dimension principale est supérieure à 2 m. De plus, les opérations de maintenance périodique et préventive s’avèrent deux fois moins coûteuses. Ainsi, vérifier régulièrement l’état des ouvrages d’art permettrait de générer les économies.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article