Yann Lestrat : Une histoire de béton et de Japon

Charline David
08/11/2021

A Rennes, la dernière œuvre du plasticien Yann Lestrat a été réalisée en collaboration avec l’entreprise de BTP Aiguillon. L’artiste s’est inspiré des perles de culture japonaise cultivées en mer de Chine.

La sphère en béton de Yann Lestart tire son nom de l’immeuble d’habitation Akoya. [©DR]
La sphère en béton de Yann Lestart tire son nom de l’immeuble d’habitation Akoya. [©DR]

L’artiste plasticien Yann Lestrat réalise des sphères en béton, mais pas que…, s’intègrant dans le paysage urbain quotidien. Il vient de concevoir une œuvre en béton, qui va être incorporée à l’immeuble rennais d’habitation Akoya, porté par le constructeur Aiguillon. Cette version en béton, pleine et pesant 8 kg, est la petite sœur d’une sphère en polyester datant de 2011. Yann Lestrat a ainsi collaboré avec l’architecte du projet, afin de créer une pièce unique, qui s’adapte à l’environnement. 

La sphère en béton tire son nom du bâtiment. Ainsi, Akoya fait référence aux perles de culture japonaise cultivées en mer de Chine. L’installation intègre  un niveau à bulle en son sein. L’occasion ici de faire le lien entre l’art et le monde de la construction. L’objet est donc par définition non fonctionnel. Par ailleurs, mettre un niveau sur un élément sphérique, qui, par son galbe, ne peut rester statique, lui apporte une dimension plus profonde. 

Une installation dissimulée

La sphère en béton et son implantation dans l’espace font aussi partie de l’œuvre elle-même. En effet, la pièce ne sera pas visible du tout, intégrée par un mur support constitué de boîtes aux lettres. Sa présence sera juste notifiée par une plaque explicative. La faire disparaître permet de jouer sur la frustration du spectateur. C’est une manière de mettre en avant l’absence d’intérêt pour l’art contemporain et de créer de la curiosité.

L’œuvre est dissimulée à la vue de tous, placée dans un bloc béton. [©DR]

L’œuvre est dissimulé à la vue de tous, placé dans un bloc béton. [©DR]

L’artiste a créé pour le constructeur 7 modèle de sa création [©DR]

Pour la commercialisation les sphères seront livrées dans un cartonnage avec une mousse spécialement conçue. [© Lendroit Editions]

Dire que l’œuvre a été dissimulé permet de s’interroger sur le devenir du bâtiment. Si un jour, cet immeuble devait être détruit, qu’en sera-t-il de cette “chose”, comme la décrit Yann Lestrat ? Sera-t-elle toujours présente ? Et dans quel état ? Elle prendrait alors une dimension de capsule temporelle. Trace d’une existence passée. Sept exemplaires ont déjà été réalisés pour le constructeur. Trente autres, numérotés, seront produits, afin d’être commercialisés. Réalisées à la main, les pièces uniques recouvrant une ossature sphérique porteuse sont en béton fin.

Un siphon font font…

Une seconde réalisation sera présente dans le bâtiment d’habitation Akoya. Elle prendra la forme d’un miroir, avec en son centre un niveau à bulle. Aussi, a contrario, cette œuvre sera visible de chacun et permettra aux habitants de découvrir l’art contemporain à leur porte.

Tout au long de sa carrière, l’artiste Yann Lestrat a expérimenté de nombreux médias. Allant de la peinture à la photographie. Il a notamment photographié un paysage naturel, dans lequel il a placé un siphon en son centre. Une métaphore de la capacité de l’homme de produire et d’évacuer de nombreux déchets dans la société et la nature même.