Wigwam Motels : Rêve américain

Muriel Carbonnet
20/11/2020

Les Wigwam Motels s’inscrivent dans la légende des routes américaines. Entre 1930 et 1950, sept ensembles de tipis blancs en béton, ornés d'un zigzag rouge, ont vu le jour. Trois ont survécu...

Retrouvez cet article dans le n° 91 de Béton[s] le Magazine à paraître

Chevrolet Impala devant un tipi du Wigwam Village n° 6, à Holbrook, sur la Route 66. [©DR]
Chevrolet Impala devant un tipi du Wigwam Village n° 6, à Holbrook, sur la Route 66. [©DR]

Dans l’inconscient collectif, l’Amérique, ce sont les grands espaces, les routes sans fin traversant des contrées désertiques. Et puis, les motels aux néons rouges ou jaunes, souvent quelconques où l’on peut dormir pour quelques dollars. Nombre d’entre eux ont poussé au fil des ans, parfois dans des endroits improbables. Frank A. Redford s’est lancé dans l’aventure, avec un concept original : construire des motels en forme de tipi indien, mais en béton… Son premier “Wigwam Village” est ainsi né dans le Kentucky : un ensemble se composant d’un restaurant entouré de 15 chambres.

Pourquoi le Kentucky ? Frank A. Redford y a grandi. Après le lycée, il a décroché un emploi au Honduras où il y a vécu jusqu’à la mort de son père, qui l’a ramené aux Etats-Unis. Au cours d’un voyage en Californie, il est tombé sur un petit restaurant en forme de tipi… L’idée était là. Ne restait plus qu’à l’appliquer. Ce qui fut chose faite grâce au nouveau parc national de Mammoth Cave, dont la grotte attirait beaucoup de touristes. Qui avaient besoin d’un hébergement. Ce que l’on appelle aujourd’hui Wigwam n° 1 a été réalisé en 1933. 

110 tipis dans 6 Etats

Bien qu’appelés “Wigwam Villages”, ses sites ne contiennent techniquement aucun “wigwam”. C’est-à-dire une hutte ou tente en forme de dôme. Par opposition à un tipi, abri portable couvert de peaux ou de toiles supportées par une armature faite de perches en bois. Cette fois-ci, les tipis étaient en béton. Frank A. Redford se serait inspiré d’habitats indiens découverts dans une réserve Sioux, dans le Dakota du Sud.

Construits entre 1930 et 1950, il y a eu sept “Wigwam Villages” : deux dans le Kentucky et les autres en Alabama, en Arizona en Californie, en Floride et en Louisiane. Trois seulement ont survécu. Classés Monuments historiques, on peut encore y passer la nuit. Deux sont situés le long de ce qui fut la mythique Route 66 : le village n° 6, à Holbrook, en Arizona, et le village n° 7, à Rialto – San Bernardino, en Californie. Le dernier, le Wigwam Village n° 2, est bâti au bord de la route 311W, à Cave City, dans le Kentucky. Il s’agit du deuxième construit, en 1937. Certains le considèrent pourtant comme le “vrai” premier. Celui de Horse City, datant de 1933, n’étant qu’un prototype, imaginé à l’origine par Frank A. Redford pour abriter ses collections d’art indien. 

 Entre 1930 et 1950, des Wigwam Motel ont vu le jour sur les routes américaines. [©Carol M. Highsmith]
Entre 1930 et 1950, des Wigwam Motel ont vu le jour sur les routes américaines. [©Carol M. Highsmith]

Les motels Wigwam d’aujourd’hui

Le village n° 6 n’est pas l’œuvre de Frank A. Redford, qui détenait un brevet ouvert, accessible à tous. Aussi, il a été bâti en 1950, à Holbrook, en Arizona. Lors de son passage à Cave City, en 1938, Chester E. Lewis a été impressionné par le design distinctif du Wigwam Village. Il a aussitôt acheté des plans et le droit d’usage du nom de Wigwam Village. Aujourd’hui, quinze tipis auto-portants en béton et acier sont toujours disposés en demi-cercle autour du bureau principal. Chaque tipi présente un diamètre de 6,40 m pour une hauteur de 8,50 m. Chester E. Lewis a exploité le motel jusqu’à ce que l’autoroute I-40 contourne le centre-ville de Holbrook, à la fin des années 1970. Il a vendu alors son entreprise. Deux ans après sa mort, sa femme et ses enfants ont racheté la propriété et ont rouvert le motel en 1988. 

En 1950, Frank A. Redford a construit le dernier Wigwam Villages – le n° 7 -, à la frontière de San Bernardino et de Rialto, en Californie. Cette version comprenait 19 tipis, un hall d’entrée et un tipi plus grand, érigé pour être un appartement de deux étages. Celui de Frank A. Redford où il vécut jusqu’à sa mort, en 1958. 

Sept ensembles de tipis blancs en béton, ornés d'un zigzag rouge, ont vu le jour. Trois ont survécu... Deux sont situés le long de ce qui fut la mythique Route 66 : le village n° 6, à Holbrook, en Arizona, et le village n° 7, à Rialto - San Bernardino, en Californie. Le dernier, le Wigwam Village n° 2, est bâti au bord de la route 311W, à Cave City, dans le Kentucky. [©Marcin Winchary]
Sept ensembles de tipis blancs en béton, ornés d’un zigzag rouge, ont vu le jour. Trois ont survécu… Deux sont situés le long de ce qui fut la mythique Route 66 : le village n° 6, à Holbrook, en Arizona, et le village n° 7, à Rialto – San Bernardino, en Californie. Le dernier, le Wigwam Village n° 2, est bâti au bord de la route 311W, à Cave City, dans le Kentucky. [©Marcin Winchary]

Retrouvez cet article dans le n° 91 de Béton[s] le Magazine à paraître

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article