Tadao Ando : « J’ai voulu concevoir une architecture comme personne n’en avait réalisée»

Muriel Carbonnet
27/01/2020

L’architecte japonais Tadao Ando nous invite à découvrir les grands principes de sa création, où des faubourgs d’Osaka aux plus grands prix internationaux d’architecture, il est devenu le maître du béton et de la lumière. Entretien sur un parcours hors norme.

Retrouvez cet article dans le hors-série n° 23

Tadao Ando, en compagnie de François Pinault, devant le bâtiment de la Bourse du Commerce, à Paris. [©Fred Marigaux, 2016. Courtesy Collection Pinault – Paris]
Tadao Ando, en compagnie de François Pinault, devant le bâtiment de la Bourse du Commerce, à Paris. [©Fred Marigaux, 2016. Courtesy Collection Pinault – Paris]

Pouvez-vous nous présentez votre travail ?

Tadao Ando : Ma recherche architecturale s’articule autour de formes simples : cercle, carré ou rectangle, avec une prédilection pour le béton brut, que je travaille, afin d’obtenir des aspects lisses, brossés ou vernis. J’aime le voir changer avec le temps et capter la lumière. Ce matériau symbolise l’époque moderne. Tout le monde peut s’en procurer. Il est accessible à tous. C’est pour cela que j’ai voulu concevoir une architecture comme personne n’en avait réalisée. Et ce, avec le béton.

La lumière et le béton, un vaste programme. Ce sont deux matériaux que tout oppose et qui pourtant, une fois mis en scène par vous, viennent créer une poétique de l’espace, mettent en valeur des lieux ou au contraire dissimulent une partie des volumes ? Comment faites-vous pour les accorder ?

Le béton vient cerner les espaces que j’imagine à l’aide de parois. Quant à la lumière, elle est changeante et revêt différentes apparences, en fonction de l’espace et du temps. J’utilise beaucoup les puits de lumière. L’un est donc le symbole de la permanence et de la stabilité, l’autre est plus dans le registre de l’impermanence et de la mobilité. Pourtant, le béton et la lumière s’accordent naturellement.

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement

Propos recueillis par Muriel Carbonnet

Retrouvez cet article dans le hors-série n° 23