La perlite expansée : Entre isolation et applications multiples

Rédaction
08/06/2021

La perlite fait partie de ces matériaux sans histoire, connus de tous les professionnels du bâtiment, et dont les origines se perdent un peu dans la nuit des temps.

Pour les applications en vrac, la perlite est généralement conditionnée en sacs. [©Efisol/Soprema]
Pour les applications en vrac, la perlite est généralement conditionnée en sacs. [©Efisol/Soprema]

La perlite est une roche d’origine volcanique, qui prend un aspect de sable après broyage. Elle est composée de silice, d’alumine, d’oxyde de fer, d’oxyde de titane, de chaux, de magnésie, d’oxyde de sodium et de potassium. Pour passer de cet état au matériau final qui se présente sous forme de billes de 1 mm à 8 mm de diamètre, la perlite broyée est chauffée et expansée à 1 200 °C, dans des fours fixes ou rotatifs.

Sous l’effet de la chaleur, l’eau présente dans le matériau s’évapore, les grains de perlite s’expansent, l’air est emprisonné dans une multitude de cellules fermées. C’est cette caractéristique qui donne au matériau son pouvoir d’isolation, mais aussi sa légèreté. A noter que la matière première, si elle n’est pas renouvelable, est disponible en abondance en Europe du Sud : Grèce, Turquie, mais aussi aux Etats-Unis, en Chine, au Japon… Les principaux fabricants français sont Soprema (Efisol, Pavatex), Sitek Insulation…

Des qualités multiples

La perlite est imputrescible et n’attire ni les insectes, ni les rongeurs, d’où son usage dans des lieux sujets à ce type d’attaque. De par sa composition minérale, elle est parfaitement stable dans le temps, ce qui pousse les concepteurs à l’utiliser là où il serait difficile d’intervenir après coup, par exemple des réservoirs de pétrole, de gaz liquéfié, des zones de fondations… Autre atout, elle ne contient aucun produit organique et ne dégage pas de gaz toxiques sous l’effet de la chaleur. Enfin, la perlite est incombustible.

Lire aussi :
Lexique de l’isolation

Techniquement, sa seule vraie limite est sa grande capacité à absorber l’eau. Le matériau peut absorber jusqu’à 5 fois son poids en eau ! Il faut à tout prix éviter ce cas de figure : fuite ou pénétration d’eau, humidité, vapeur d’eau… qui lui ferait perdre la plus grande partie de son pouvoir isolant. Pour ce faire, les fabricants intègrent dans le process de fabrication des liants hydrofuges qui assurent l’imperméabilité du matériau.

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement