Le père de la Pyramide du Louvre, Ieoh Ming Pei nous a quittés

Rédaction
17/05/2019

Agé de 102 ans, l’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei nous a quittés ce jeudi 16 mai, laissant partout dans le monde des réalisations, témoins de sa vision architecturale.

Ieoh Ming Pei a signé la Pyramide du Louvre. [©ACPresse]
Ieoh Ming Pei a signé la Pyramide du Louvre. [©ACPresse]

Agé de 102 ans, l’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei nous a quittés ce jeudi 16 mai. Il laisse partout dans le monde, de l’Asie au continent américain en passant par l’Europe, des réalisations, témoins de sa vision architecturale. Avec un dessin qui s’inscrit dans une modernité certaine, tout en flirtant avec le classicisme pour toujours rappeler les racines d’un projet et de son environnement. Né à Canton, en Chine, en 1917, il part en 1935 aux Etats-Unis où il obtient un diplôme du MIT et de design à l’Université d’Harvard.

Là, il fait partie de l’atelier de Walter Gropius, fondateur du Bauhaus. Professeur assistant à Harvard, directeur d’architecture dans le cabinet Webb & Knapp, il enchaîne les missions avant de créer sa propre agence, I.M. Pei et associés, en 1955. Les projets se succèdent, tout d’abord aux Etats-Unis, puis partout dans le monde.

Musée du Louvre - Ieoh Ming Pei. [©ACPresse]
[©ACPresse]

L’architecte sera de nombreuses fois distingué pour son travail, notamment par un prix Pritzker en 1979, la médaille d’or de l’Institut américain d’architecture et en 1981, la Grande médaille d’or de l’Académie française d’architecture. Ieoh Ming Pei a notamment réalisé, la bibliothèque J.F Kennedy, à Boston (1982), la Banque de Chine, à Hong Kong (1989), ou encore l’annexe du musée historique allemand (2003) ou le musée d’art islamique à Doha (2008). Il y a des réalisations qui divisent les raisons.

Ainsi, lorsque Ieoh Ming Pei propose une pyramide de verre à François Mitterrand pour repenser le Grand Louvre, les Français se passionnent, entre effroi et émerveillement… Plus d’une trentaine d’années après, qui imaginerait le Louvre sans sa Pyramide, majestueuse, et ses hordes de touristes, qui posent fièrement le doigt en l’air pour (presque) en toucher sa pointe. Qui pourrait rentrer sous la place du Carrousel, sans apprécier cette pyramide inversée de 180 t…

Ces anecdotes de vie, cet étonnement lorsqu’on découvre le site pour la première fois et cet enthousiasme quand nous, Parisien, lui rendons visite, comme à une vieille amie, resteront dans la prospérité. Merci pour ces émotions M. Pei.

Slider image

Slider image

Slider image

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article