Marcel Breuer : Du Bauhaus au Brutalisme

Muriel Carbonnet
14/10/2019

Marcel Breuer (1902-1981) est l’un des pères du Modernisme. Après avoir exploré le volet design, il se consacre à l’architecture. Ayant débuté en Allemagne, il s’exile aux Etats-Unis, mais reviendra, de manière épisodique, sur le vieux continent.

Retrouvez cet article dans le n° 77 de Béton[s] le Magazine

Tel un bunker sorti de terre, le Whitney Museum de New York : une accumulation de quatre rectangles couchés en gradins. [©DR]
Tel un bunker sorti de terre, le Whitney Museum de New York : une accumulation de quatre rectangles couchés en gradins. [©DR]

Dans l’imagerie populaire, lorsque l’on évoque le nom de Marcel Breuer, on pense à la chaise en tubes d’acier pliés dite “Wassily” ou “B3”. Puis au siège de l’Unesco où il devient l’un des chantres du Brutalisme. Et enfin, au Whitney Museum de New York : une accumulation de quatre rectangles couchés en gradins et quelques ouvertures en relief en forme de trapèzes, de tailles inégales parsemées au hasard sur les façades. 

Dans les livres d’histoire de l’architecture, Marcel Breuer est surtout reconnu pour la “puissance des bâtiments” qu’il édifie aux Etats-Unis. Marcel Breur s’est exilé en 1937 (en raison de la montée du nazisme en Europe). Il construit l’abbaye Saint-John (Collegeville, Etat de Pennsylvanie), la centrale électrique du barrage de Grand Coulée (près de Cleveland, Etat de l’Ohio) ou des immeubles tertiaires, comme à Miami. Sa carrière américaine culminera en 1966, avec la réalisation du Whitney Museum de Manhattan, à New York. Mais c’est en France que cette figure majeure du Modernisme signe les œuvres. Assurant sa notoriété : le siège de l’Unesco et l’ambassade d’Australie à Paris, ou le centre IBM sur la Côte d’Azur. Pour édifier la station de Flaine, la ZUP de Bayonne ou la villa Sayer, près de Deauville, il exploite la rigueur constructive et la plasticité du béton armé et de ses panneaux préfabriqués. [inscrit]

Les années en Europe

C’est aux racines du Bauhaus (1920-1928), déjà à Weimar, en Allemagne, qu’il faut revenir en début de son parcours pour appréhender davantage ce designer d’origine hongroise. Durant les deux premières années au Bauhaus, sa production reste assez “classique”. C’est au cours d’un séjour dans l’école allemande qu’effectue le peintre, architecte et théoricien de l’art néerlandais Theo van Doesburg que s’ensuit une première révolution formelle dans ses créations (fauteuil en lattes de 1922). Après avoir passé, entre temps, un an à Paris dans un cabinet d’architecte, il revient au Bauhaus de Dessau, cette fois en tant que professeur.

Pendant cette période, il crée en 1925 la “chaise B3” plus connue sous le nom de Wassily Chair. Celle ci a plu à l’artiste Wassily Kandinsky, inspirée en partie par un guidon de vélo. « Un siège, par exemple, ne doit être ni horizontal, ni vertical, ni expressionniste, ni constructiviste, ni être fabriqué pour des questions de convenance, ni s’assortir de la table à laquelle il est associée, il doit être un bon siège et alors il va avec la bonne table», déclarait-t-il. En 1932, il s’installe en Suisse. En 1935, il part à Londres où il exerce comme architecte. Mais l’Angleterre est loin d’être le terrain favorable à la philosophie et au talent de ce créatif.

Marcel Breuer (1902-1981) est l’un des pères du Modernisme. [©Homer Page Estate]
Marcel Breuer (1902-1981) est l’un des pères du Modernisme. [©Homer Page Estate]

Les années de reconnaissance

En 1937, Marcel Breuer obtient une chaire de professeur d’architecture à l’université Harvard, aux Etats-Unis, où il ouvre plus tard un cabinet d’architectes avec Walter Gropius. Il fonde en 1946 son propre studio à New York. Durant ces années d’enseignement, son influence est cruciale, car c’est lui, qui forme la nouvelle génération d’architectes américains telle que Barnes, Johansen, Peï, Catalano, Rudolph, Seidler et Johnson. 

Sa première grande reconnaissance arrive lors d’une exposition du MoMA. A cette époque, le musée d’art moderne new-yorkais présente une sorte de parcours autour de l’œuvre de Marcel Breuer. L’année suivante, le musée lui passe une commande d’aménagement de ses jardins.

Marcel Breuer a su « se libérer d’un rationalisme rigoureux et abstrait et atteint, en pleine maturité, un style très personnel, d’une élégante simplicité, non dénuée d’un raffinement longuement mûri. Ses œuvres ne sont assujetties à aucune formule esthétique : elles sont pures, les formes dépouillées, la clarté et la logique de ses plans peuvent difficilement être surpassées », peut-on lire dans la presse de l’époque. Les apports de Marcel Breuer sont techniques. « Il donne aux éléments préfabriqués un élan esthétique et technique». La France lui a apporté le béton, « matériau sensoriellement riche, malléable, adapté aux grandes courbes comme aux arêtes tranchantes, économique ou luxueux ». 

La villa Sayer, près de Deauville, dans laquelle Marcel Breuer exploite la rigueur constructive et la plasticité du béton armé et de ses panneaux préfabriqués [©DR]
La villa Sayer, près de Deauville, dans laquelle Marcel Breuer exploite la rigueur constructive et la plasticité du béton armé et de ses panneaux préfabriqués. [©DR]

“Marcel Breuer, les réalisations françaises”, Dominique Amouroux, éditions du Patrimoine, 2014. [/inscrits]

Retrouvez cet article dans le n° 77 de Béton[s] le Magazine

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article