L’école des Ponts ParisTech et Sanef s’associent pour une chaire

Charline David
08/10/2020

L’école des Ponts ParisTech et Sanef s’associent pour créer ensemble une chaire industrielle sur une durée de 4 ans. Elle sera dirigée par Gilles Foret.

Signature de la chaire industrielle Sanef-Abertis par Sophie Mougard, directrice de l’École des Ponts ParisTech et Arnaud Quémard, directeur général de Sanef le 1er octobre 2020 [© Anthony Gasparetto]
Signature de la chaire industrielle Sanef-Abertis par Sophie Mougard, directrice de l’École des Ponts ParisTech et Arnaud Quémard, directeur général de Sanef le 1er octobre 2020 [© Anthony Gasparetto]

L’école des Ponts ParisTech et Sanef annoncent la création d’une chaire industrielle sur 4 ans, baptisée Sanef-Abertis. Cette dernière a pour thème l’auscultation non destructive des armatures de précontrainte extérieures des ouvrages d’art. Son objectif ? Travailler sur l’étanchéité des gaines de précontrainte. Et donc sur le bon fonctionnement des câbles que celles-ci renferment. Cette idée de chaire est apparue après la rupture d’un câble sur le pont de l’Ile de Ré en septembre 2018. Surveiller et rénover les précontraintes extérieures sont désormais une obligation. Par ailleurs, la chaire industrielle Sanef-Abertis désire acquérir une expertise dans le domaine de la rénovation. Celui-ci permettrait de sécuriser, de surveiller et d’organiser des travaux de maintenance sur les ouvrages d’art

De plus, Jonas Aparicio, ingénieur à l’école des Ponts, souhaite développer une méthode qui permettrait de simuler les conditions climatiques sur terrain. Et donc, à terme d’analyser les points de corrosion, d’évaluer les défauts et leurs évolutions. La chaire industrielle Sanef-Abertis sera dirigée par Gilles Foret, directeur de recherche et professeur à l’école des Ponts Paris-Tech. Du côté de Sanef, Julien Castres Saint-Martin, directeur du patrimoine, et Yannick Jeanjean, responsable génie civil du groupe, seront chargés de l’encadrement.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article