Le Yang dans le Modernisme

Rédaction
30/05/2017

Retour sur les réalisations de l'architecte japonais Junzō Sakakura (1901-1969), disciple de Le Corbusier dans les années 1930, à l’honneur à la Maison de la culture du Japon, à Paris.

Sakakura et Le Corbusier à la Villa Katsura, Kyoto. [©Agence nationale japonaise des affaires culturelles]

Architecte japonais et disciple de Le Corbusier dans les années 1930, Junzō Sakakura (1901-1969) a été le fer de lance du mouvement moderne au Japon. Retour sur ses réalisations, à l’honneur à la Maison de la culture du Japon, à Paris.

Concepteur du Pavillon du Japon à l’Exposition universelle de Paris de 1937, Junzō Sakakura obtient à cette occasion le Grand prix d’architecture et devient ainsi le premier architecte japonais reconnu sur la scène internationale. Quelque 80 ans plus tard, la Maison de la culture du Japon à Paris lui rend hommage avec une exposition1, permettant de redécouvrir son œuvre et sa carrière, à travers le prisme de ses séjours et de ses liens parisiens. Peu connu du grand public, Junzō Sakakura ne s’est jamais cantonné à un seul domaine : Musée d’art moderne de Kamakura, plusieurs mairies, des centres socio-culturels municipaux, des péages d’autoroutes, des grands magasins, des hôtels, des mairies, des immeubles de bureaux, des infrastructures de transport…, la liste est longue. Cette diversité n’a pas empêché sa pensée architecturale d’être cohérente. Sa philosophie, il l’a héritée de son mentor… Le Corbusier. « Chaque bâtiment, qu’il s’agisse d’un logement ou non, devait être conçu pour les personnes qui l’habitaient : une véritable “architecture pour l’homme” ».

Prolongez votre lecture
Pour lire la totalité de cet article, inscrivez-vous gratuitement