ITE : Le marché toujours en progression

Rédaction
16/01/2014

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) résiste bien à la crise. Selon l’étude de TBC, société de conseil et d’études, en 2013, le marché a réalisé une hausse de 6,5 % et a atteint 19,8 Mm2.

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) résiste bien à la crise. Selon l’étude de TBC, société de conseil et d’études, en 2013, le marché a réalisé une hausse de 6,5 % et a atteint 19,8 Mm2. Même si 2013 a enregistré un certain ralentissement, sur les deux dernières années, le secteur a progressé de 21 % (+ 14,5 % en 2012). La région Nord-Est, selon les estimations des professionnels, est la plus dynamique par rapport à l’ensemble du territoire, contrairement au Sud-Ouest. Le marché de la rénovation consolide sa position dominante face au recul des ventes de solutions ITE en construction neuve, recul dû au contexte économique défavorable et le repli prononcé des dépôts de permis de construire. L’étude menée par TBC confirme que les logements collectifs sociaux restent le principal débouché du marché de l’ITE en surface installée. Côté technique, l’enduit (hydraulique ou organique) sur isolant demeure la solution préférée des professionnels, mais enregistre une croissance moins significative que celle des bardages rapportés sur isolant. Pour 2014, les prévisions sont optimistes. Les applicateurs, poseurs et distributeurs interrogés sont confiants et la majorités d’entre eux (70 %) prévoient une augmentation des ventes, alors que seuls 6 % tablent sur une baisse d’activité. Parmi les marchés porteurs, arrivent en tête la rénovation des maisons individuelles (56 % des réponses), la rénovation de logements collectifs sociaux (33 %) et la rénovation du collectif privé (22 %).

Les professionnels formulent aussi très clairement leurs attentes en termes d’innovations produits : simplification et rapidité de la mise en œuvre (respectivement 26 % et 9 % des réponses), isolants plus performants (18 %) et moins épais (10 %), et, enfin, une meilleure performance économique des solutions (13 % des réponses).