Paroles de lecteurs : Giovanni Lelli

Frédéric Gluzicki
29/05/2022
Modifié le 09/06/2022 à 11:11

A l'occasion du n° 100 de Béton[s] le Magazine, nous avons donné la parole à nos lecteurs à travers un portrait chinois. Rencontre avec Giovanni Lelli, le co-fondateur de l’agence Lelli Architectures, avec Dominique Lelli.

Article paru dans le n° 100 de Béton[s] le Magazine

[©Lelli Architectures]
[©Lelli Architectures]

Si vous étiez un type d’ouvrages en béton ?

N’importe quelle construction du moment qu’elle est issue du dessin ou de l’écriture architecturale. De fait, ce sera une réalisation en béton coulé en place, en opposition à la préfabrication, par définition industrielle. Ou au parement, répétitif à l’infini… C’est en ça que le béton français, mais aussi espagnol ou suisse se distingue. Un peu comme les ouvrages de Pier-Luigi Nervi, qui a coulé sans doute les plus belles choses en béton, qui opposeraient au viaduc de Millau, qui est un mix issu de la logique de performances ces matériaux.

Si vous étiez une œuvre, une figure de l’histoire du béton ?

Oscar Niemeyer, Lina Bo Bardi ou Marcio Kogan. Le premier, pour avoir poussé le béton à ses limites. La deuxième, qui en a exploré sa vérité primaire. Le dernier, pour le côté brutaliste de l’œuvre. Leurs réalisations sont aussi empreintes du climat local. On y sent le hasard et la main de l’homme…

Comment voyez-vous le futur de l’architecture en béton ?

Le béton est à une bifurcation. Soit il va continuer à rester apparent, dévoilant ses qualités de résistance, de durabilité, bien plus que n’importe quel bardage. Soit il sera caché derrière un habillage et ne pourra plus se regarder que depuis l’intérieur des constructions. Alors, il faudra inventer de nouvelles formes d’expression.

Si vous étiez une rubrique de Béton[s] le Magazine ?

Les rubriques ayant trait aux bâtiments construits m’intéressent, car elles se situent au plus près de la vie de l’architecte. J’aime aussi les thèmes abordés par Esprit Béton, qui parlent des artistes et de leur travail sur le béton. C’est parfait pour montrer une image très positive du béton. Ce matériau n’en est qu’au début de son existence et en a encore beaucoup sous le pied !

Retrouvez l’ensemble du dossier événement