Frank Lloyd Wright : Le grand précurseur

Mariola Gluzicki
07/01/2021

En marge de tout mouvement ou école durant toute sa vie, l’architecte américain Frank Lloyd Wright est le symbole d’une création originale qui a marqué l’architecture du XXe siècle. Il n’a reconnu que trois influences : Louis Sullivan, Friedrich Fröbel et les estampes japonaises

[©Wikipedia Commons]
Portrait de Frank Lloyd Wright. [©Wikimedia Commons]

Frank Lloyd Wright est né en 1867. Son père, William Carey Wright, était pasteur baptiste, et sa mère, Anna Lloyd Jones, enseignante. Sa mère exerça un rôle majeur dans l’éducation de son fils. C’est par sa volonté que Frank fait carrière dans l’architecture. Elle lui fait aussi découvrir la méthode de Friedrich Fröbel, éducateur allemand qui met l’accent sur l’importance du jeu en tant qu’activité créative, par laquelle les enfants prennent conscience de leur monde. 

Il débute sa carrière en 1887 à Chicago où il se fait engager par le cabinet Adler et Sullivan, l’un des plus illustres représentants de l’Ecole de Chicago. Il y collabore aux projets d’immeubles et conçoit déjà des projets d’habitations individuelles. En 1889, Wright épouse Catherine Tobin et se construit une petite maison à Oak Park, près de Chicago. 

Le Guggenheim Museum de New York constitue la dernière œuvre réalisée par F. L. Guggenheim. [©Guggenheim Museum]
Le Guggenheim Museum de New York constitue la dernière œuvre réalisée par F. L. Guggenheim. [©Guggenheim Museum]

Il crée sa propre agence en 1893 et réalise sa première commande, la maison Winslow, influencée encore par l’esprit de Louis Sullivan. Le propre style de Wright se révèle à partir de 1897, avec notamment les Prairie Houses, des maisons individuelles dont l’architecture est intégrée dans le paysage. La place centrale est toujours occupée par une cheminée. Il met en œuvre de nouveaux matériaux tels le béton, mais offre surtout une nouvelle dimension à l’éclairage et à la ventilation avec l’adoption de claires-voies ou de grandes baies.

La maison de la cascade

“Taliesin” est un bâtiment à vocation communautaire construit au début du XXe siècle.  [©Wikimedia Commons]
“Taliesin” est un bâtiment à vocation communautaire construit au début du XXe siècle. [©Wikimedia Commons]

Après un voyage en Europe en 1909, Frank Lloyd Wright quitte la ville et s’installe dans sa région natale, le Wisconsin. Il fonde la communauté de Spring Green et construit un bâtiment à vocation communautaire “Taliesin” qui sera reconstruit deux fois en 1914 et 1925 suite à des incendies.

En 1913, il se rend pour la seconde fois au Japon, après un premier voyage en 1905. Ses estampes sont pour lui le symbole du plus haut degré de raffinement. Il reçoit la commande du nouvel Impérial Hôtel de Tokyo, dont la construction commence en 1916. Le design est autant critiqué que loué. Mais les techniques constructives ont prouvé leur efficacité car l’édifice a survécu au tremblement de terre de 1923. Il reposait sur des piles en béton reliées par des sections flexibles qui pouvaient se déplacer et reprendre leur position sans se rompre. Wright a abaissé aussi le centre de gravité : les murs avaient une âme de béton entourée de deux rangs de brique.

Slider image

L’Ennis House a été construite en 1924, l’architecte Franck Lloyd Wright. [©Wikimedia Commons]

Slider image

Le film Blade Runner, réalisé par Ridley Scott, est tourné dans l’Ennis House et la propulse au rang de villa iconique. [©Wikimedia Commons]

De retour aux Etats-Unis, Wright continue la recherche sur la nature des matériaux et construit des villas en Californie dont l’Ennis House…. avant de se passionner par le concept de la maison usonienne1. Elle se définit comme maison unique, issue des assemblages de figures géométriques en matériaux bon marché, adaptée à la préfabrication. Sont ainsi construites Fallingwater, la fameuse maison sur la cascade (1936) ou la maison Pew, en 1940.

Construite en 1936, Fallingwater fait partie des maisons usoniennes conçues par F. L. Wright. [©Wikipedia/Lykantrop]
Construite en 1936, Fallingwater fait partie des maisons usoniennes conçues par F. L. Wright. [©Wikipedia/Lykantrop]

Dernier chef-d’œuvre

En juin 1943, Wright est sollicité pour la construction d’un musée pour accueillir la collection de tableaux contemporains de la Salomon R. Guggenheim Foundation. Après sept versions et deux maquettes, la construction débute en 1956 pour se terminer en 1959, année même de la disparition de Franck Lloyd Wright. La conception du bâtiment est révolutionnaire. Les visiteurs prennent un grand ascenseur jusqu’au sommet, avant de commencer une descente le long du plancher continu en forme de spirale. Les critiques sont à l’époque passionnées. Le bâtiment est qualifié de “tire-bouchon” et même de “machine à laver”. Le Guggenheim Museum est l’œuvre de Wright la plus difficile et celle aussi qui lui a pris le plus de temps. Il a tout fait pour le construire comme il le désirait. 

Wright a construit peu d’édifices publiques, qui étaient souvent des bâtiments clos sur eux-mêmes car l’architecte estimait que cette fermeture était propice au travail et à la vie sociale. Ici, l’Arizona Hotel Biltmore. [©DR]
Wright a construit peu d’édifices publics, qui étaient souvent des bâtiments clos sur eux-mêmes car l’architecte estimait que cette fermeture était propice au travail et à la vie sociale. Ici, l’Arizona Hotel Biltmore. [©DR]

1L’Usonie désigne l’Amérique idéale. Ce nom a été donné par l’écrivain britannique Samuel Butler.