Eqiom adopte le gaz naturel pour véhicules sur plusieurs de ses trajets, afin de réduire l’empreinte environnementale générée par son système de transport de matériaux.

Eqiom adopte 4 véhicules plus “propres” qui fonctionnent au gaz naturel pour véhicules sur certains de ses trajets. [©Eqiom]
Eqiom adopte 4 véhicules plus “propres” qui fonctionnent au gaz naturel pour véhicules sur certains de ses trajets. [©Eqiom]

Eqiom poursuit son engagement dans la transition énergétique, en particulier au niveau de ses transports. Le cimentier opte pour le gaz naturel pour véhicules (GNV) et le bioéthanol (bioGNV) pour 4 de ses camions. Adhérent au programme Fret 21, qui invite les entreprises volontaires à mieux intégrer l’impact des transports dans leur stratégie de développement durable, l’industriel compte bien diminuer de 6 % ses émissions de CO2 générées par ses transports, d’ici 2020. Composé de méthane (95 %) et d’hydrocarbure très légers, le GNV présente l’avantage d’être plus “propre”.

Il permet de réduire l’empreinte écologique, puisqu’il émet 95 % en moins de particules fines et 50 % de NOx en moins par rapport aux seuils fixés par la norme Euro VI. Tandis que le bioGNV dispose d’un bilan carbone quasiment neutre, avec jusqu’à – 80 % de CO2 par rapport au diesel. « Aujourd’hui, les premiers résultats validés par l’agence de notation TKBlue sont là, déclare Yann Lafillé, responsable du pôle “route ciments et granulats” d’Eqiom. Les émissions de CO2 associées aux transports ont baissé de 4 % entre 2016 et 2017. En maintenant ce rythme, notre objectif à 2020 sera atteint. »

Ainsi, 2 tracteurs gaz naturel liquéfié (GNL – une forme différente du GNV) de Transports Mauffret Littoral et Transports Hautier assurent la boucle entre le Nord et la région parisienne pour la branche ciment. Les livraisons entre la plate-forme logistique Eqiom Granulats de Vernou (77) et le Sud de l’Ile-de-France fonctionnent, entre autres, avec un tracteur (Transports Prejam) au gaz naturel comprimé (GNC – une forme différente du GNV). Enfin, un véhicule (Transports Kuchly) au bioéthanol circule entre l’Allemagne et la région Alsace-Lorraine pour les approvisionnements en matières premières de la cimenterie d’Héming (57).

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article