Ecima lance un signal d’alerte au ministère de la Transition écologique

Tom Comminge
10/02/2022
Modifié le 25/05/2022 à 14:57

Ecima alerte le ministère de la Transition écologique sur les conséquences de la baisse des primes CEE pour les professionnels de l’isolation et les ménages.

L'Ecima interpelle le gouvernement sur la chute libre des ventes d’isolants suite à la baisse des primes CEE. [©Ecima]
L’Ecima interpelle le gouvernement sur la chute libre des ventes d’isolants suite à la baisse des primes CEE. [©Ecima]

Le syndicat des fabricants de ouate de cellulose (Ecima) et son président, Emmanuel Bavouset, lancent un signal d’alerte. Dans un courrier daté du 8 février 2022, à destination du ministère de la Transition écologique, l’Ecima interpelle le gouvernement sur la chute libre des ventes d’isolants suite à la baisse des primes CEE. En effet, la vente de capots de protection de spots encastrés, qui reflètent la tendance générale du marché, s’écroule à – 80 % par rapport à l’année précédente. Même tendance pour le volume de la ouate de cellulose, qui enregistre une baisse de 50 %. Pour le syndicat, cette situation est directement liée à la baisse des primes CEE, initiée mi-2021 pour faire fuir les éco-délinquants.

Un entretien pour changer la donne

« Le risque à court terme est de voir une partie des acteurs de la filière disparaître, s’inquiète Emmanuel Bavouset. Le résultat sera indéniablement une chute de la qualité des travaux et donc de la performance des bâtiments rénovés. Ce qui est exactement l’inverse de notre objectif commun. » Pour soutenir la filière de l’isolation, l’Ecima réclame un entretien au ministère de la Transition écologique.

Lire aussi : Kompozite : Un outil engagé dans la transition environnementale

Le syndicat souhaite défendre la stabilité des dispositifs CEE, avec notamment la mise en place d’un calendrier progressif pour la diminution des aides à l’isolation. Ainsi que le maintien des CEE attractifs pour aider les ménages les plus précaires. Par ailleurs, Emmanuel Bavouset insiste sur la nécessaire inclusion des organisations professionnelles industrielles et installateurs dans les discussions autour des CEE. Ces derniers étant plus en phase avec la réalité du terrain.