Cinq projets soutenus par l’Etat dans le cadre de la transition énergétique

Rédaction
10/11/2015

La loi Transition énergétique pour la croissance verte a donné à l’Etat pour mission de réduire de 50 % la consommation d’énergie finale d’ici 2050.

Najat Vallaud-Belkacem et Ségolène Royal

Najat Vallaud-Belkacem et Ségolène Royal.

La loi Transition énergétique pour la croissance verte a donné à l’Etat pour mission de réduire de 50 % la consommation d’énergie finale d’ici 2050. Pesant 70 Mt d’équivalent pétrole, soit 42 % de la consommation finale totale, le bâtiment est le principal puits d’économie d’énergie pour l’Etat.

C’est avec cette idée en tête que Ségolène Royale, Najat Vallaud-Belkacem et Emmanuel Macron, tous les trois ministres, et Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement, ont lancé l’appel à projets “Méthodes industrielles pour la rénovation et la construction de bâtiments”. Ils viennent de livrer les premiers résultats, en distribuant 18,86 M€ d’aide pour cinq projets retenus par l’Ademe.

Premier de cordée, Repos, la Résidence à Energie positive. Il s’agit de construire avec une solution d’isolation thermique par l’extérieur, en bardage de terre cuite, des maisons à hautes performances énergétiques et environnementales. Ce projet est mené par le consortium Terreal, Pyrescom, CSTB et Eskal Eureka. Montant total du projet de 2,44 M€, dont 1,06 M€ du Programme d’investissements d’avenir (PIA).

Vient ensuite le bâtiment 2.0 : “Développement d’une approche Lean intégrée à l’ensemble de la chaîne de valeur de la rénovation et de la construction”. Cela se traduit par le pilotage de chantier sur tablette pour une « construction plus rapide, plus propre et privilégiant la sécurité ». Ce projet est mené par le consortium GTM Bâtiment, Finalcad, KS Service et Saint-Gobain. Montant total du projet de 13,6 M€, dont 5,5 M€ du PIA.

L’Aeride traite d’éco-réhabilitation thermique en site Seveso. Cette fois, c’est une solution d’isolation en bois qui est utilisée pour réhabiliter les bâtiments situés près de sites industriels potentiellement dangereux. Ce projet est porté par l’entreprise Amalgame. Montant total du projet de 2 M€, dont 0,89 M€ du PIA.

La construction bois & industrie 4.0 est un processus dit “industriel 4.0” à appliquer à la construction bois et dupliqué par licences. Le but est la généralisation des bâtiments modulables préfabriqués en bois, à faible impact environnemental, plus économiques et de fabrication rapide. Ce projet est porté par le consortium Smart Module Concept, Rabot Dutilleul et Centrale Lille. Montant total du projet de 3 M€, dont 0,80 M€ du PIA.

Enfin, Tipee 2 se veut être la plate-forme technologique du bâtiment durable. Il s’agit d’une plate-forme, près de La Rochelle, qui proposera services, formations et centre d’expertise aux acteurs du bâtiment. Ce projet est porté par la plate-forme Tipee. Montant total du projet de 2,95 M€, dont 1,18 M€ du PIA.

A noter qu’un sixième projet est en cours d’évaluation, nommé “Confluens”, il traite de l’interopérabilité domotique. Les projets peuvent être déposés jusqu’au 30 décembre 2016 auprès de l’Ademe.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article