Bien gérer les ponts thermiques

Rédaction
12/06/2019

Les ponts thermiques peuvent être traités avec simplicité et efficacité, à l’aide de rupteurs de ponts thermiques. A condition que leur mise en oeuvre soit réalisée de manière correcte.

L’Isotec RT+, modèle VI de Plaka Group, permet de traiter les ponts thermiques dans un cas classique de voile associé à un plancher. [©Plaka Group]
L’Isotec RT+, modèle VI de Plaka Group, permet de traiter les ponts thermiques dans un cas classique de voile associé à un plancher. [©Plaka Group]

Isoler un bâtiment peut parfois paraître être une multiplication de pansements sur des plaies bénignes. Les matériaux isolants, tels que la laine de roche ou les systèmes en polystyrène, permettent de traiter en intérieur des problèmes, qui viennent souvent du voile et des liaisons extérieures. Ce sont des ponts thermiques, qui peuvent être traités avec simplicité et efficacité, à l’aide de rupteurs de ponts thermiques. A condition que leur mise en oeuvre soit réalisée de manière correcte.

Qu’est-ce qu’un pont thermique?

Le pont thermique est une zone ponctuelle ou linéaire, qui présente une variation de résistance thermique. Il est créé lorsqu’il y a une différence de température entre l’intérieur d’un bâtiment et l’extérieur. Un cas plus que courant. Celui-ci se forme, lorsque la barrière isolante est rompue, en général à la jonction d’un voile de béton et des dalles. La conséquence étant une mauvaise isolation du froid en hiver et de la chaleur en été. Le rupteur de ponts thermiques est aussi l’élément principal pour lutter contre les problèmes d’humidité, en limitant la condensation. De façon classique, la sensation de froid était traitée, en ajoutant des surépaisseurs d’isolant sur les parois coupables. Mais au milieu des années 2000, on a commencé à développer les rupteurs de ponts thermiques, qui traitent le problème en amont lors de l’édification du bâtiment. Avec la RT 2012, plus exigeante en thermes de performances énergétiques, l’utilisation de rupteurs s’est imposée par l’introduction de normes et s’est, de ce fait, généralisée.

L’Isotec RT+ VIP, utilisé en cas de prédalles. [©Plaka Group]
L’Isotec RT+ VIP, utilisé en cas de prédalles. [©Plaka Group]

Comment se structure un rupteur de ponts thermiques?

Un rupteur de ponts thermiques est un élément de liaison mécanique entre deux parties d’un bâtiment. Grâce à son principe isolant, souvent en laine de roche ou en polystyrène, il limite les ponts thermiques à travers la structure. C’est un élément structurel, puisqu’il est composé par des armatures de liaison, dimensionnées en fonction des éléments transmis par le bureau d’études. Chez certains fabricants, ces armatures sont 100 % en acier inoxydable. A noter que le rupteur de ponts thermiques doit également être coupe-feu et doit répondre aux normes acoustiques en vigueur. C’est pourquoi, il est important de privilégier un rupteur sous Avis technique du CSTB, gage de qualité et de respect des dernières normes.

Les rupteurs pour balcon, ici l’Isotec RT+, modèle MVI, n’ont pas de boucles à l’arrière, mais des aciers des deux côtés, permettant de reprendre les efforts tranchants et fléchissants. [©Plaka Group]
Les rupteurs pour balcon, ici l’Isotec RT+, modèle MVI, n’ont pas de boucles à l’arrière, mais des aciers des deux côtés, permettant de reprendre les efforts tranchants et fléchissants. [©Plaka Group]

Mise en oeuvre, principe de base

Elément qui peut être structurel, le rupteur de ponts thermiques débute sa liaison avec la construction d’un bâtiment au moment des études. Les rupteurs sont dimensionnés pour reprendre des charges différentes, en fonction des besoin du chantier. La première étape consiste donc à les étudier, notamment grâce aux plans DWG et de préconiser des rupteurs “porteurs” ou “non-porteurs”. Les industriels se chargent ensuite du calepinage, afin de choisir le juste modèle. Ni trop riche en armatures, ni pas assez. Arrive après cela la phase d’exécution, qui débute par le coulage des voiles verticaux. Il conviendra de coffrer la rive de plancher. Il existe des solutions, permettant de couler la rive de plancher au moment du coulage du voile (voir les caissons de réservation Modula de Plaka Group). Cette opération permet ainsi d’éviter la fastidieuse étape du coffrage de rive. Enfin, c’est la pose à proprement parler du rupteur. Une étiquette sur le haut de ce dernier permet de le placer dans le bon sens. Il est posé directement sur le coffrage. Des aciers filants sont incorporés dans la boucle arrière du rupteur, comme défini par le bureau d’études. Il faut ensuite réaliser le ferraillage du plancher, de façon classique. Lors de la phase suivante, le coulage, il est conseillé de débuter par les abords du rupteur, afin d’en assurer le positionnement.

[©Plaka Group]
[©Plaka Group]

Cas particuliers : prédalles et balcons

Dans le cas d’une prédalle, la pose d’un rupteur ne varie pas beaucoup de la mise en oeuvre classique. A ceci près, que la prédalle doit être située à 80 mm du voile béton vertical, afin d’y insérer le rupteur. Après la mise en place des armatures filantes, il suffit de passer au coulage, en débutant à nouveau, par les bords du rupteur. Traiter les ponts thermiques au niveau des balcons nécessite d’utiliser un modèle de rupteur adapté, reprenant les efforts tranchants et fléchissants. Il faut se référer à ses étiquettes pour que le sens de pose soit le bon. Ensuite, a lieu la mise en place d’un coffrage de balcon standard. Une fois encore, le coulage devra débuter par les abords du rupteur.

En utilisant le caisson de réservation Modula de Plaka, les rives et réservations en tête de voile sont réalisées aisément, afin d’y placer les rupteurs. [©Plaka Group]
En utilisant le caisson de réservation Modula de Plaka, les rives et réservations en tête de voile sont réalisées aisément, afin d’y placer les rupteurs. [©Plaka Group]

Sciage, mise à dimension

Eléments produits dans une longueur d’un mètre, les rupteurs se doivent d’être continus sur l’ensemble du bâtiment pour être efficaces. Ainsi, ils doivent, tout simplement, être coupés pour correspondre aux linéaires des façades. Pour ceci, les compagnons utilisent une disqueuse classique pour mettre le rupteur à la taille souhaitée.

Sujet réalisé en collaboration technique avec Guerric Becquart, directeur commercial, de Plaka France.www.plakagroup.fr

Depuis ses usines situées en France et en Belgique, Plaka France conçoit, produit et distribue une large gamme d’accessoires pour la construction. Grâce à son réseau commercial et logistique, la marque intervient sur des chantiers sur l’ensemble du territoire tricolore. Pour toute demande d’études : info@plakagroup.fr

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article