L’Apave : L’économie circulaire comme solution à la construction durable

Tom Comminge
17/05/2022

Dans un contexte où l’impact environnemental du bâtiment devient une priorité, l’Apave mise sur l’économie circulaire pour favoriser le réemploi des matériaux et la réduction des déchets du secteur de la construction.

Apave contribue à la construction de l'Arena située à la porte de la Chapelle. [©SCAU / NP2F
Apave contribue à la construction de l’Arena située à la porte de la Chapelle. [©SCAU / NP2F

Le bâtiment est soumis à de nombreuses problématiques. En effet, l’impact environnemental du bâtiment est devenu une priorité, avec les nouvelles réglementations (RE 2020, Loi Climat). La filière est aussi confrontée à une pénurie mondiale de matières premières. De ce fait, les acteurs du bâtiment doivent repenser leurs pratiques pour favoriser l’économie circulaire. C’est en quoi croit le groupe Apave. « Nous ne pouvons plus construire comme avant, indique Jean-Luc Nectoux, directeur du secteur infrastructures & construction à l’Apave.

Et de poursuivre : « Quand on parle de construction durable, on pense souvent, à tort, que cela ne concerne que le choix des matériaux utilisés. Les solutions biosourcées et géosourcées sont évidemment des éléments clefs. Cependant, cela va bien au-delà ! Il s’agit d’anticiper et de penser l’avant, le pendant et l’après. La construction va-t-elle perturber la biodiversité environnante ? Comment le chantier sera-t-il approvisionné ? Quels matériaux seront utilisés et de quelles provenances ? Que deviendront les déchets du chantier ? La préservation des ressources naturelles et les objectifs de baisse des émissions de GES sont une priorité. » En effet, 70 % des déchets produits chaque année en France proviennent du BTP. Et seulement 1 % du gisement des PMCB1 fait l’objet de réemploi. Ainsi, pour favoriser la construction durable, l’Apave préconise la réutilisation de ces déchets.

L’économie circulaire, une nécessité

Le groupe a d’ailleurs été sélectionné dans le cadre du projet de la future Arena à la porte de la Chapelle, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Le bâtiment, de 12 000 m2 et d’une capacité de 8 000 places assises, accueillera notamment les épreuves de badminton et de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Et deviendra la résidence du Paris BasketBall. Ainsi, la mission principale pour l’Apave sera de garantir la solidité de l’ouvrage et la sécurité des personnes. Sans négliger l’isolation acoustique et thermique du bâtiment. Parmi les solutions mises en place pour l’Arena, le bois-béton sera utilisé pour les planchers ou encore sur les façades du socle de

Lire aussi : Paille urbaine en ITE

l’établissement. Des cloisons en brique de terre crue compressées issues des déblais du Grand Paris Express devraient être installées dans les couloirs du bâtiment. De quoi réguler l’hygrométrie. Des sièges en gradins en plastique recyclé vont aussi être mis en place. Enfin, le projet prévoit de poser 7 000 m2 de toiture végétalisée et 1 700 m2 de terrasse plantée. Le recours à d’autres solutions issues de la biomasse comme le coton recyclé, pour l’isolation de la grande salle, permettra d’atteindre le niveau 2 de la labellisation en matériaux biosourcés. Les travaux ont débuté en octobre dernier. L’Arena sera livrée pour l’été 2023. 1Produits et matériaux de construction pour le bâtiment