La Ferme radieuse : La néo-ruralité imaginée par Le Corbusier

Muriel Carbonnet
30/03/2022
Modifié le 16/05/2022 à 15:59

Pendant la crise des années 1930, la classe paysanne connaît d’importantes difficultés. A l’occasion d’une réunion syndicale à Paris, Norbert Bézard interpelle Le Corbusier sur la condition paysanne. Et naît ainsi le projet d’une “Ferme radieuse”…

Article paru dans le n° 99 de Béton[s] le Magazine

Le Corbusier imagine une “Ferme radieuse” et un village coopératif à Piacé, dont Norbert Bézard est natif. Sur 20 ha : une ferme modèle, avec une cours fermée bétonnée, les silos qui remplacent l’église du village… : « Très radical pour l’époque, rappelle Nicolas Hérisson.  [©Piacé le radieux, Bézard - le Corbusier]
Le Corbusier imagine une “Ferme radieuse” et un village coopératif à Piacé, dont Norbert Bézard est natif. Sur 20 ha : une ferme modèle, avec une cours fermée bétonnée, les silos qui remplacent l’église du village… : « Très radical pour l’époque, rappelle Nicolas Hérisson. [©Piacé le radieux, Bézard – le Corbusier]

A l’heure de la néo-ruralité, il est intéressant de se (re)plonger dans l’histoire du village de Piacé, dans la Sarthe. Dans les années 1930, le lieu a fait l’objet d’un projet architectural de Le Corbusier (1887 – 1965) et de Norbert Bézard (1896 – 1956). « Vous avez le devoir de mettre debout la “Ferme radieuse”, juste et nécessaire pendant de la “Ville radieuse”. […] Les campagnes doivent changer. Il faut les réaménager », lance l’ouvrier agricole Norbert Bézard à Le Corbusier. L’architecte, dont la réflexion s’appuie sur la question sociale, est sensible au sujet. « Il avait déjà cette idée dans ses cartons », insiste Nicolas Hérisson, directeur de l’Espace Bézard – Le Corbusier, à Piacé. « Nous, paysans, nous disons : Non ! Nous réclamons des “fermes-outils-de-civilisations”, sorties du romantisme… et du fumier. C’est clair, c’est net », affirme Norbert Bézard.

Et de poursuivre : « Si vous rencontrez encore des paysans qui s’extasient devant le romantisme, c’est que personne encore ne leur a montré ou expliqué les bienfaits de la ferme-outil, de la ferme radieuse, fonctionnelle – qu’ils sont incapables de réclamer faute de connaître les possibilités apportées par les techniques modernes ».

L’association Piacé-le-Radieux, Bézard – Le Corbusier

Ainsi, Le Corbusier imagine une “Ferme radieuse” et un village coopératif à Piacé, dont Norbert Bézard est natif. Sur 20 ha : une ferme modèle, avec une cour fermée bétonnée, les silos qui remplacent l’église du village… : « Très radical pour l’époque, rappelle Nicolas Hérisson. Le Corbusier, ne restez pas qu’en ville ». Et l’architecte, de promettre : « La campagne se réveillera », faisant naître un logis du paysan moderne, construit sur pilotis pour éviter l’humidité, disposant d’une toiture végétalisée et de cloisons coulissantes…

Malgré la belle amitié nouée entre les deux hommes et la fécondité de leurs échanges, ce projet ne verra pas le jour. Mais il en reste des centaines de plans et de croquis, des correspondances et quelques textes théoriques. Autant d’archives que Nicolas Hérisson, directeur de l’Espace Bézard – Le Corbusier, remet en lumière. Installé à Piacé, ce dernier a fondé, en 2008, l’association Piacé-le-Radieux, Bézard – Le Corbusier. « Mon objectif est de faire revivre cette mémoire. Nous invitons des architectes, des designers pour travailler autour de la ruralité. » L’Espace Bézard – Le Corbusier est dédié à ce projet utopique. Plans, maquettes, archives… en retracent l’histoire. L’espace présente aussi des céramiques, des dessins et des peintures signés Norbert Bézard.

Oubliée par le Modernisme architectural

Par ailleurs, “La ferme radieuse et le centre coopératif” est un livre écrit à l’époque à deux mains provenant d’une déclaration commune de faire quelque chose pour la campagne. Qui semblait, pour Nobert Bézard, oubliée par le Modernisme architectural. Resté dans les cartons, le manuscrit décrit le projet d’aménagement des campagnes imaginé par les deux hommes. Le Corbusier explique, sur un ton autobiographique, comment il est venu à s’intéresser aux campagnes. Puis, décrit la construction de la Ferme Radieuse et du Centre coopératif. Norbert Bézard expose, quant à lui, une synthèse de son projet de « reconstruction de la campagne française ». Sur la couverture, un dessin de Le Corbusier montre un ouvrier agricole en sabots serrant la main d’un ouvrier. Ces mains jointes en disent très long sur la réalité de la pensée de Le Corbusier.

[©Piacé le radieux, Bézard – le Corbusier]

Sur la couverture, un dessin de Le Corbusier montre un ouvrier agricole en sabots serrant la main d’un ouvrier. Ces mains jointes en disent très long sur la réalité de la pensée de Le Corbusier. [©Piacé le radieux, Bézard – le Corbusier]

L’Espace Bézard – Le Corbusier est dédié au projet utopique de la “Ferme radieuse”. Plans, maquettes, archives… en retracent l’histoire. [©Piacé le radieux, Bézard – le Corbusier]

[©Piacé le radieux, Bézard – le Corbusier]

Association Piacé le Radieux, Bézard – Le Corbusier

Moulin de Blaireau

72170 Piacé

Tél : + 33 2 43 33 47 97 / + 33 6 81 30 45 48

Mail : contact@piaceleradieux.com

Site : www.piaceleradieux.com

Article paru dans le n° 99 de Béton[s] le Magazine