Un récif artificiel en impression 3D béton signé XtreeE

Tom Comminge
14/04/2022
Modifié le 22/04/2022 à 09:40

XtreeE a contribué à la réalisation d’un récif artificiel en béton dans la baie de Monaco, réalisé grâce au procédé d’impression 3D. Cela, afin d’assurer un habitat pour les différentes espèces sous-marines.

XtreeE a contribué à l'élaboration d'un récif artificiel fabriqué avec l'impression 3D en béton. [©Greg Lecoeur / DEEU]
XtreeE a contribué à l’élaboration d’un récif artificiel fabriqué avec l’impression 3D en béton. [©Greg Lecoeur / DEEU]

Octobre 2021, baie de Monaco. Un récif artificiel fabriqué en béton imprimé 3D vient d’être immergé. XtreeE est à l’origine de la fabrication de cet habitat pour la faune sous-marine. Mais revenons à la genèse du projet. Tout a commencé au printemps 2021. Le Prince Albert II de Monaco a fait appel à son ami Pierre Frolla, recordman du monde d’apnée et défenseur de la biodiversité. Il lui a demandé de réfléchir à la création d’un récif artificiel en hommage à l’océanaute Albert Falco, second du commandant Jacques-Yves Cousteau. Pierre Frolla a alors réalisé  des esquisses de récifs en forme pyramidale. Des éléments qui mesureraient environ 3 m de côté pour 3 m de haut. Puis, la Direction de l’environnement de la principauté, maître d’ouvrage de l’opération, s’est mise en quête d’une solution technique capable de respecter la date de mise à l’eau prévue pour octobre 2021. Le choix s’est alors tourné vers l’industriel spécialiste en impression 3D, XtreeE.

XtreeE comme solution

« Nous avons déjà partagé une expérience avec XtreeE, souligne Raphaël Simonet, chef de division du patrimoine naturel à la Direction de l’environnement de Monaco. En 2020, nous avions réalisé une vingtaine de panneaux de béton imprimé en 3D. » Avant de lancer la fabrication du récif, XtreeE et la Direction de l’environnement ont décidé de le séparer en sept modules indépendants.

Lire aussi : L’incontournable XTreeE

Cela, pour faciliter le transport et éviter la mobilisation d’un coûteux convoi exceptionnel. « Une fois les esquisses saisies, nous les avons retranscrites en modèles géométriques, indique Victor De Bono, ingénieur-architecte chez XtreeE. Après quelques allers-retours avec Pierre Frolla, nous avons traduit ces modules en parcours pour le robot d’impression. » La fabrication a été lancée en septembre 2021. Le système d’impression 3D a permis de concevoir jusqu’à deux modules par jour.

Les avantages de l’impression 3D en béton

La technologie XtreeE offre de nombreux avantages, en termes de rapidité de fabrication et de réduction des coûts. Mais elle assure aussi la protection de la faune sous-marine. En effet, le béton ne produit aucune interaction chimique ou physique avec son environnement. « Il s’agit d’un matériau spécialement formulé pour l’impression 3D par Lafarge France, » ajoute Victor De Bono. Non poreux, il reste aussi imperméable à l’eau, aucun échange n’intervient avec le milieu marin. L’utilisation de l’impression en béton revient ainsi à contrôler la rhéologie1 de la matière.

C’est-à-dire sa capacité à couler, mais aussi à s’assembler de manière homogène avec la couche précédente. De plus, la rugosité du béton imprimé 3D permet aux micro-organismes et aux algues, entre autres, de s’installer. Déclenchant ainsi un cycle biologique. Enfin, grâce au procédé XtreeE, la liberté est totale pour créer des structures adaptées aux diverses espèces. Le récif offre alors un nombre important de cavités de tailles et de profondeurs différentes. Dont une petite grotte de 1,60 m de haut et 0,60 m de large pour accueillir des céphalopodes ou encore des crustacés.

1L’étude de l’écoulement de liquides ou de matériaux visqueux.