Cerqual digitalise l’évaluation acoustique des bâtiments

Rédaction
11/01/2017

Cerqual expérimente pour la première fois les méthodes agiles pour le développement et l’implémentation d’une solution dédiée à son processus d’évaluation acoustique des bâtiments.

L’entreprise spécialiste des services numériques et éditeur de logiciels, Hardis Group, a annoncé avoir été retenue par Cerqual, organisme certificateur de l’association Qualitel, pour développer des solutions digitales au processus dévaluation de l’isolation acoustique.

Dans son plan stratégique 2016-2020, Cerqual a pour ambition de devenir un acteur majeur de la transition numérique dans l’habitat. C’est ainsi que, fin 2015, l’organisme a mis en place une direction de la stratégie numérique chargée, entre autres, de la digitalisation des processus clefs d’évaluation de la qualité des logements, qui faisaient jusque-là l’objet d’un traitement “papier et Excel”. Il a été ainsi décidé de développer un outil pour regrouper et homogénéiser les méthodes d’évaluation acoustique des bâtiments, afin de gagner en productivité. « Nous n’étions pas satisfaits des maquettes présentées par notre partenaire historique. L’ergonomie, clef pour l’adoption de l’application, n’était pas du tout au rendez-vous », indique Bertrand Leclercq, directeur de la stratégie numérique de Cerqual. L’organisme de certification s’est alors tourné vers des sociétés plus généralistes, capables de proposer une véritable méthodologie dans la conduite de projets.

Ainsi, les équipes de Hardis Group ont imposé l’implication d’un expert en acoustique à mi-temps et la consultation systématique de trois super-utilisateurs, tout au long du projet, pour garantir une ergonomie et des fonctionnalités au plus près des besoins du quotidien. « La fréquence des réunions a permis de créer un véritable esprit d’équipe et une réelle proximité entre les collaborateurs de Cerqual et les équipes de Hardis », constate Bertrand Leclercq. Au total, 550 jours / homme (450 pour Hardis Group et 100 pour Cerqual) auront été nécessaires pour développer et implémenter l’application. « Si elle implique une augmentation sensible de la charge de travail des collaborateurs impliqués, elle évite l’effet tunnel que nous avions expérimenté sur d’autres projets. Elle aboutit, mieux que d’autres méthodologies, à la satisfaction des utilisateurs, dans un budget maîtrisé », estime Bertrand Leclercq. Une expérience semble-t-il satisfaisante pour Cerqual, qui aurait déjà des projets du même type pour d’autres métiers.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article