Prora : Le colosse de la Baltique

Rédaction
23/11/2017

Le complexe balnéaire de Prora fait face à la Baltique. Sur 4,5 km que compte l'ensemble du site, quelques barres de béton sont encore débout. Triste vestige d'un passé heureusement disparu.

Le site de Prora a été réalisé entre 1936 et 1939. [©Dokumentationszentrum Prora]

Le site de Prora a été réalisé entre 1936 et 1939. [©Dokumentationszentrum Prora]

Les interminables barres de béton, surnommées “colosse de Rügen”, sont situées en bordure de l’une des plus belles plages d’Allemagne, sur l’île de Rügen, entre les régions de Sassnitz et de Binz, près de Prorer Wiek. Le tout posé sur une bande étroite couverte de bruyère, appelée le Prora. Cette imposante et austère rangée d’immeubles s’étire sur 4,5 km. Une enième station balnéaire ? Oui et non… Un nouveau complexe ? Oui et non… Pour réhabiliter cet ensemble architectural, qui possède un passé assez sensible, il était nécessaire de trouver un juste équilibre, qui puisse satisfaire tout le monde. A savoir conserver le caractère de mémorial, mais pas trop, et transformer le lieu en un endroit… rentable. La question était de savoir que faire de ce colossal vestige de l’Allemagne nazie, achevé par le régime communiste de l’Allemagne de l’Est. L’histoire du site de Prora est telle qu’il était à la fois dur de le reconvertir et difficile de le détruire. Un souvenir bien encombrant ? Pas que… La preuve… A l’été 2016 dans l’un des blocs rebaptisé “Prora Solitaire”, les vacanciers ont repris possession des lieux. Les premiers occupants se sont installés dans de luxueux appartements. Les façades ont recouvré une couleur crème. De nombreux logements sont encore disponibles à la vente dans cet immense bâtiment. La fin des travaux de réhabilitation est prévue pour 2022. Classé au patrimoine national allemand depuis 1994, il n’était pas question de le démolir. Après avoir cédé, à plusieurs investisseurs, quatre des cinq unités qui composent cet ensemble, l’arrondissement de Poméranie-Occidentale-Rügen a mis en vente la dernière.

Une histoire, qui remonte à… 1936.

Mais revenons sur ses origines. Le site devait devenir la station balnéaire géante qu’avait rêvée de bâtir Adolf Hitler avant guerre. Il a été réalisé entre 1936 et 1939, conformément aux plans des architectes Clemens Klotz et Wilhelm Heidrich. Presque toutes les entreprises de construction du IIIe Reich furent mobilisées. Près de 9 000 ouvriers y travaillèrent. Ce complexe a été conçu par l’organisation de loisirs nazie “Kraft durch Freude” (“La force par la joie”). Son but : “récompenser les classes aryennes méritantes”. Ces dernières devaient s’y voir proposer bains de mer, gymnastique et endoctrinement. Le tout dans l’esprit architectural en vogue à l’époque : huit blocs en béton strictement identiques de six étages face à la mer. Mais le projet fut stoppé en 1939, lorsque tous les moyens furent dévolus à la guerre. Laissé à l’abandon, le complexe servit néanmoins pendant le conflit – des réfugiés des bombardements d’Hambourg y vécurent en 1944, et le site fut brièvement utilisé comme hôpital militaire et centre d’entraînement. Après la guerre, l’armée Est-allemande en fit un usage sporadique, mais après la chute du Mur en 1989, la structure fut abandonnée. Seules quelques portions étant utilisées, par deux musées et, depuis 2011, par une auberge de jeunesse…

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article