Les métiers du second œuvre et de l’aménagement intérieur sont parfois moins sensibles aux mesures de prévention, comparativement à ceux liés au gros œuvre. Focus.

Trop d’entreprises utilisent encore l’escabeau comme poste de travail.
Trop d’entreprises utilisent encore l’escabeau comme poste de travail. [©DR]

Poseurs de plafonds, plaquistes, électriciens, plombiers, menuisiers, peintres… interviennent encore trop souvent dans des conditions de sécurité dégradées. Les raisons sont connues : des travaux relativement proches du sol, qui apportent une fausse sensation de sécurité. Il faut ajouter à cela l’absence courante de port de casques, qui se traduit par des blessures parfois graves au niveau de la tête.

Cet article est réservé aux abonnés
des revues Béton[s] le Magazine et Bâti & Isolation.

En plus de votre magazine, profitez d’un accès illimité à l’ensemble des contenus et services du site www.acpresse.fr :

  • Lecture de l’intégralité des dossiers thématiques, reportages chantiers, fondamentaux, histoire de la construction…
  • Consultation des indicateurs économiques (chiffres et analyses)
  • + vos newsletters pour suivre l’info en continu
Je m'abonne

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article