Le Pavé Parisien : Le “made in France” de l’enceinte béton connectée

Rédaction
07/03/2019

En mars 2018, nous avions rencontré The Concrete Family et Pierre-Axel Izerable, son fondateur. Un an après, Béton[s] le Magazine fait le point sur l’aventure du Pavé Parisien.

Pavé Parisien
[©Le Pavé Parisien]

Béton[s] le Magazine : En mars 2018, nous nous étions rencontrés pour parler de votre enceinte connectée Bluetooth en béton, baptisée le Pavé Parisien. Un an plus tard, pouvez-vous nous dire ce qu’il en est ?

Pierre-Axel Izerable1 : Lors de notre premier entretien, nous étions en pleine campagne participative de financement sur Kisskissbankban pour débuter la production de notre Pavé Parisien, dont le lancement s’est fait en janvier 2019. Depuis, nous avons reçu les premiers exemplaires de notre enceinte portable en béton, hommage aux pavés de Paris.
De plus, nous avons changé d’identité de marque pour être plus en phase avec le “made in France”. Exit The Concrete Family, bonjour le Pavé Parisien… tout court. Notre cible : le grand public et les acteurs du BTP. Et bien sûr, nous continuons activement notre campagne de communication2.

Pavé Parisien
[©Le Pavé Parisien]

Vous mettez donc l’accent sur la touche française ?

Oui en effet. Nous avons trouvé les meilleurs savoir-faire artisanaux et industriels du pays. Du béton à la carte électronique et de l’assemblage au packaging, le Pavé Parisien est 100 % fabriqué en France. Par contre, notre but est toujours de présenter un objet de qualité tant au niveau acoustique qu’esthétique. Et pour cela, le Bfup de Vicat SmartUPest au centre de nos préoccupations. La boucle est bouclée, le Français Louis Vicat n’a-t-il pas inventé le ciment artificiel ? De plus, depuis 1950, le béton est utilisé dans la conception d’enceintes audio. Sa résistance naturelle et la densité du matériau permettent d’obtenir un son clair et précis. Nous avons détourné le Bfup, plus léger et plus résistant, pour créer une enceinte unique. En passant, je reviens sur l’utilisation du Bfup, hyper malléable, dense… Sur les 1,5 kg que pèse notre Pavé, seulement 200 g de béton le constituent. Incroyable, non ?
Je citerai nos partenaires, qui ont vraiment jouer un rôle clef de par leurs conseils et leurs savoir-faire : Vicat, pour le Bfup, l’Atelier Mérillon (Manufacture des bétons) pour la réalisation, Audax pour les haut-parleurs, Diffusex pour les pièces en acier, 360SmartConnect pour les puces RFID, qui permettent de suivre la qualité du produit et la cadence de production. Tous ont joué le jeu d’une micro-production, tout en optimisant l’ensemble des pièces. Nous sommes arrivés au constat que nous pouvons produire 200 enceintes par mois, toutes conformes bien entendu… Ca fait 2 000 par an !

De gauche à droite : Jacques Chnaut, président de la FFB, Jacques Merceron-Vicat, président d'honneur de Vicat, Sophie Sidos, présidente de la fondation Louis Vicat, Guy Sidos, Pdg de Vicat, et Pierre-Axel Izerable, président du Pavé Parisien. [©ACPresse]
De gauche à droite : Jacques Chnaut, président de la FFB, Jacques Merceron-Vicat, président d’honneur de Vicat, Sophie Sidos, présidente de la fondation Louis Vicat, Guy Sidos, Pdg de Vicat, et Pierre-Axel Izerable, président du Pavé Parisien. [©ACPresse]


A vous entendre, on dirait que vous voulez relancer la filière audio en France ?

NouNous sommes convaincus que les entreprises d’aujourd’hui doivent s’engager au service du bien-être commun. Notre histoire se raconte à travers des rencontres humaines, des valeurs partagées et l’envie de relever mille défis ensemble. Passionnés et idéalistes ? C’est certain. Mais pourquoi y aller autrement ? Notre objectif est simple : activer les savoir-faire locaux et participer au développement de notre société. Du fil de cuivre au façonnage du béton, de la carte électronique, en passant par la tôle pliée, chaque pièce du Pavé Parisien est née de rencontres avec des savoir-faire artisanaux et industriels. Chaque jour, nous nous efforçons de donner du sens à ce que nous faisons et de porter un discours enthousiaste vers un avenir nouveau, où s’entremêlent innovation, créativité et fabrication locale. Nous prêchons pour l’économie circulaire.

Premier point de vente pour le Pavé Parisien, rue Birague dans le IVe arrondissement, chez Bring France Home, une boutique dédiée aux produits 100 % français. [©Mathilde Bohrmann]
Premier point de vente pour le Pavé Parisien, rue Birague dans le IVe arrondissement, chez Bring France Home, une boutique dédiée aux produits 100 % français. [©Mathilde Bohrmann]

Quelle est votre stratégie actuelle ?

Nous avons trouvé notre premier point de vente, rue Birague dans le IVearrondissement, chez Bring France Home, une boutique dédiée aux produits 100 % français. Mathilde3, la fondatrice, vous accueille, tout en sourire avec son petit béret, dans une boutique bleu blanc rouge, où se côtoient de l’absinthe, des caramels, des parapluies, des tasses… Et désormais notre Pavé Parisien.
Il est vrai que nous sommes à la recherche de distributeurs. Nous devons augmenter notre capital confiance. Nous sommes des producteurs, qui s’adressent directement aux clients finaux.
Mais également, nous devons diminuer nos coûts de production, qui sont colossaux, pour que notre projet survive. De plus, depuis notre site Internet, le grand public peut réserver des créneaux horaires pour venir écouter la résolution de notre enceinte et voir l’équipe dans nos locaux parisiens.
Et surtout, nous allons réaliser une levée de fonds en direction d’investisseurs privés et de Business Angel. Enfin, nous serons présents à la Foire de Paris, du 27 avril au 8 mai prochain. Ce sera l’occasion pour la plus part d’entre vous de venir prendre en main votre premier Pavé Parisien !

Propos recueillis par Muriel Carbonnet