Lafarge : croissance soutenue des volumes ciment au 1er semestre

Rédaction
28/07/2011

Le cimentier Lafarge vient d’annoncer un chiffre d’affaires en hausse de 3 % à 7 973 M€ au premier semestre 2011. Cette progression à périmètre et taux de change constant, effective dans toutes les activités du groupe, pour le 2ème T 2011 et pour le semestre, est due à une forte augmentation des volumes dans les pays émergents.

Le cimentier Lafarge vient d’annoncer un chiffre d’affaires en hausse de 3 % à 7 973 M€ au premier semestre 2011. Cette progression à périmètre et taux de change constant, effective dans toutes les activités du groupe, pour le 2ème T 2011 et pour le semestre, est due à une forte augmentation des volumes dans les pays émergents. Le cimentier signale que les prix du ciment ont poursuivi leur progression depuis le 4ème T 2010, tout en restant toutefois légèrement inférieurs à ceux du 1er de cette même année. L’inflation des coûts et les effets de change pesant sur les résultats, ils devraient avoir un impact sur la croissance des résultats de l’année.

Globalement, le groupe continue d’anticiper une demande de ciment en hausse et prévoit une croissance du marché comprise entre 2 et 5 % en 2011 par rapport à 2010. Les marchés émergents demeurent le moteur principal de la demande. Et dans l’ensemble, les prix devraient être stables, voire ne légère hausse, sur l’année, dans un contexte de forte inflation des coûts.

Par activité, les résultats sont en hausse également. Le chiffre d’affaires du ciment est stable sur le 2ème T (+3 % à périmètre et taux de change constants) et en hausse de 3 % sur le semestre (+ 3 % à périmètre et taux de change constants). Portés par la croissance de la région du Moyen-Orient Afrique et des autres marchés émergents, les volumes progressent de 8 % sur le semestre (+ 5 % à périmètre et taux de change constants).

En ce qui concerne les granulats et le béton, le chiffre d’affaires augmente de 3 % sur le semestre (+ 4 % à périmètre et taux de change constants), l’effet des hausses de prix ayant été neutralisé par les variations de change au 2ème T.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?