Géraldine Perrier-Doron : Petit bonhomme de béton

Rédaction
29/11/2018

Posé dans un coin, un petit bonhomme de béton semble à la fois triste et curieux. Avec un œil bleu qui fait le double de l’autre et un nez de la taille du visage, ce petit homme difforme est la marque de fabrique de Géraldine Perrier-Doron. Un personnage qu’elle décline sur des tables, des illustrations ou des sculptures en béton. Présentation.

« Honnêtement, je ne sais pas vraiment d’où vient ce petit bonhomme, je crois que je l’ai toujours un peu dessiné. Il est peut-être sorti d’un rêve ou d’un cauchemar, je ne sais plus trop. » Géraldine Perrier–Doron est une artiste complète, travaillant autant la matière brute du béton que le maniement des crayons sur des dessins ou la souris sur la création de pochettes d’albums ou d’identité visuelle. Mais dans son travail de la matière, cet intrigant petit bout d’homme revient tel un leitmotiv.

« Il n’a pas vraiment de signification, il a un œil bleu qui fait le double de volume de l’autre qui est gris et creux. Il a une cicatrice sur le front, mais je ne sais pas comment il s’est fait ça, il est peu être tombé pendant que je ne le surveillais pas (rire). » Ce petit mec est tout de même une métaphore du travail de Géraldine. « J’aime le béton traditionnel pour son imperfection, ses accidents. Il y a toujours des traces de graviers, des bulles, je ne le maîtrise pas, je ne sais pas faire deux pièces identiques, c’est ce qui m’intéresse. »

Des imperfections qu’elle ne cherche nullement à gommer, sans les encourager. « Mes recherches tournent autour du moule, le béton et son coulage, je veux rester dans la matière brute. Mon grand-père était maçon, je crois que c’est de là que me vient cet amour pour le béton nu. » Reste à trouver un nom à ce petit être de béton.

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?

Réagir à cet article