Cemex vers une certification ISO 26000

Rédaction
09/09/2011

Mardi 6 septembre, le groupe mexicain Cemex a présenté son premier rapport sur le développement durable pour la France, après le lancement d’une politique spécifique en 2008. Le bilan relève cinq axes majeurs de progression. Ainsi, l’entreprise aurait amélioré son éthique et sa responsabilité dans la gestion de ses activités, la protection et le développement […]

Mardi 6 septembre, le groupe mexicain Cemex a présenté son premier rapport sur le développement durable pour la France, après le lancement d’une politique spécifique en 2008. Le bilan relève cinq axes majeurs de progression. Ainsi, l’entreprise aurait amélioré son éthique et sa responsabilité dans la gestion de ses activités, la protection et le développement du capital humain. Mais aussi, la préservation de l’environnement et de la biodiversité, l’élargissement du périmètre d’action et de responsabilité de l’entreprise. Et enfin, l’action en faveur de la construction durable. Le directoire se félicite notamment de la création d’une direction dédiée au développement durable.

Mais le groupe ne compte pas s’arrêter là. Cemex souhaite d’abord que la certification ISO 14001 s’étende à 100 % de ses carrières, ports et sièges administratifs d’ici 2011, celle-ci concernant le management environnemental. Mais l’objectif principal du bétonnier est, avant tout, l’obtention du nouveau standard international, relatif à la responsabilité sociétale des entreprises, l’ISO-26000. Cette nouvelle norme s’appuie sur six grands principes : la contribution au développement durable, y compris à la santé de la société, la prise en compte des attentes des parties prenantes, le respect des lois en vigueur, l’intégration de l’éthique dans l’ensemble de l’organisation. Mais aussi, l’identification des impacts des décisions et activités de l’entreprise. Et enfin, l’identification des parties prenantes et le dialogue avec celles-ci. « Malgré une conjoncture difficile ces dernières années, les investissements liés à l’environnement et à la sécurité ont été renforcés », a déclaré Michel André, président de Cemex France. « Il nous reste beaucoup à faire, mais le mouvement est lancé et, à présent, ancré dans notre stratégie d’entreprise, grâce à des organisations et des outils concrets, mais surtout grâce à l’appui d’une réelle motivation de nos collaborateurs. »

Vous avez aimé cet article, et avez envie de le partager ?