S'abonner

Comment régénérer la ville ? : Les étudiants cogitent…

par redaction | - réagissez

Les quatre groupes d’étudiants ont été pré-sélectionnés, le 26 janvier dernier, dans le cadre du concours “Comment régénérer la ville ?” [©Vicat]

Les quatre groupes d’étudiants ont été pré-sélectionnés, le 26 janvier dernier, dans le cadre du concours “Comment régénérer la ville ?” [©Vicat]

Durant une journée, la Fédération française du bâtiment région Auvergne -Rhône-Alpes a reçu dans ses locaux les groupes d’étudiants, participant au concours impulsé par Vicat : “Comment régénérer la ville ?” Lancé en septembre 2017, ce dernier récompense les projets innovants autour du quartier Mermoz-Sud de Lyon (69). Après une sélection par un jury, quatre propositions ont été retenues pour la finale.

– A travers le projet Terra Terre, les étudiants envisagent une re-végétalisation des façades des immeubles du quartier, en associant la faune et la flore à un béton poreux comme support d’habitat. Cette initiative a pour objectif d’offrir une nouvelle dimension sociale à Mermoz-Sud, en impliquant les habitants dans le développement de Terra-Terre.

– Avec Mμ_Tabilités, le groupe d’étudiants a voulu rendre les bâtiments du quartier ouverts aux changements et à l’évolution des besoins sociétaux et environnementaux. Pour cela, l’équipe a imaginé des modules à rajouter sur les différentes parties des immeubles, afin d’agrandir les appartements. Cette technique de mise en œuvre de technologie de façade innove par la mise en place d’un exosquelette, qui va permettre une fixation rapide des modules et de minimiser l’intervention sur les bâtiments.

– Le projet Mermoz.net pense la barre d’immeuble du quartier de Mermoz-Sud par la verticale, afin d’avoir une vision du logement en volume et non plus en surface plancher. Cette réorganisation propose ainsi deux niveaux d’appartement au lieu de quatre. Pour cela, les étudiants ont développé une maille de béton constituée de tesselles, petits morceaux de marbre, de pierre, de pâte de verre ou de céramique, reliées entre elles par des fibres. Une alternative à l’utilisation du béton classique préfabriqué ou coulé en place.

– C’est le grand public, qui a sélectionné Le processus dynamique de la friche. Les étudiants soumettent des parois esthétiques et provisoires en béton mousse, offrant une nouvelle manière de concevoir le chantier. Elles permettent de développer un processus de réappropriation temporaire des logements vacants. Les parois servent à superposer les phases de relogements et de démolition, de sécuriser les appartements, mais aussi à redynamiser le quartier avec des parois ludiques : mur d’escalade, filets de football, bulles…

Ces quatre équipes présenteront leurs projets lors d’une conférence publique le 24 avril 2018, à la Métropole de Lyon. A l’issu de cette journée, le jury composé de professionnels sélectionnera un lauréat.

Laisser un commentaire

A lire aussi dans la rubrique Actualités

L’activité du secteur de la construction devrait baisser de 3 % en 2018. [©ACPresse]
- réagissez

La construction prise entre le marteau et l’enclume

Selon les études d’Euler Hermes, l’activité de la construction en France devrait reculer de – 3 %, en 2018 (+ 17,5 % en 2017). Le secteur serait coincé entre la baisse de la demande et la hausse des coûts.

Le marché des isolants enregistre une progression de 5 %. [©ACPresse]
- réagissez

Le marché des isolants poursuit son envol

L’entreprise de conseil et d’étude, TBC Innovations diffuse son analyse sur le marché des isolants pour les murs, les toitures et les planchers sur le territoire français. Un retour encourageant pour les professionnels du secteur.

Dans un premier temps, la campagne de communication est déployée à destination du grand public. Dès janvier 2019, FAIRE se tournera vers les professionnels du secteur du bâtiment et de l’immobilier, ainsi que les collectivités. [©FAIRE]
- réagissez

FAIRE campagne

Dans le cadre du Plan de rénovation énergétique des bâtiments, l’Ademe lance FAIRE et compte créer un véritable “service public de la rénovation”. Sur trois ans, la campagne est à destination des particuliers, des professionnels du secteur et les collectivités locales.

Karine Bouhier, gérante de LCA, rayonnante devant le succès du dernier Carrefour International du Bois, qui est le joyau d’Atlanbois. [©JT]
- réagissez

LCA : La réhabilitation énergétique commence à l’école

Karine Bouhier est l’une des rares femmes co-dirigeantes d’une entreprise française de charpente de taille conséquente, LCA. Elle assume en parallèle les fonctions de présidente de la prestigieuse interprofession bois des Pays de la Loire, Atlanbois. Interview.

Du coté de nos magazines

Couv BLM77

Bétons le Magazine

Le n° 77 est paru