S'abonner

Pierre Richard : Le père des BHP et des Bfup # 2

par redaction | - réagissez
  Lire nos dossiers : , , .

Deuxième opus de la série consacrée à Pierre Richard (1927-2002).

La Grande Arche de La Défense a fait la part belle au BHP. [©Bouygues]

La Grande Arche de La Défense a fait la part belle au BHP. [©Bouygues]

Pierre Richard commence par analyser les brevets de l’ingénieur et du bâtisseur Albert Caquot (1881-1976) autour du béton armé, de l’élasticité des matériaux, de la compression du béton, de sa résistance… Il se tourne vers l’emploi de superplastifiants. Puis, afin de combler les fameux “vides” présents dans la structure des bétons, il teste l’utilisation de la fumée de silice. Francis Bouygues et tout le groupe sont alors très concernés par ses recherches. « Il apportait toujours des solutions aux difficultés rencontrées lors de la réalisation d’ouvrages, comme au Koweït, en 1981, avec le pont de Bubiyan. Je n’étais pas d’accord avec lui sur ce pont. J’avais même rejeté sa solution, car ce n’était pas assez économique. Il m’a alors demandé de le rejoindre et il a argumenté pendant 4 h, dont 2 h passées en voiture. Le lendemain, il présentait un projet qu’il avait réalisé dans la nuit… A 20 % moins cher ! Autant dire que Bouygues a foncé ! Pierre était capable de solutionner les problématiques les plus complexes », commente Bernard Raspaud.

Sans le BHP, pas de Pont de Normandie.
L’emploi des fumées de silice en association avec un superplastifiant améliore la maniabilité des bétons. Comme sur le chantier de Grande Arche de la Défense, à Paris, avec la mise en œuvre d’un BHP, qui apporte à la fois une haute résistance aux jeunes âges et une meilleure ouvrabilité rendue nécessaire pour un pompage sur une hauteur de plus de 100 m. « Dans les années 1980-1990, Bouygues a su s’entourer de chercheurs d’une incroyable qualité scientifique, il n’y a jamais eu d’équivalence depuis », insiste Yves Malier, ingénieur conseil, ancien directeur de la division “Ouvrages d’art – matériaux et structures” du LCPC (actuel Isfftar), créateur de l’Ecole française du béton… Les deux hommes se sont rencontrés, dans les années 1970, lors de la reconstruction du Louvre des Antiquaires, à Paris. Ils se sont s’influencés l’un l’autre. « Sans le BHP de Pierre, il n’y aurait pas eu le pont de Normandie et ses pylônes de 214 m de hauteur », reprend Yves Malier. Ni le pont de l’île de Ré, premier grand ouvrage d’art en BHP et inauguré en 1988…

… Prochain épisode le 19 octobre ! Bonne lecture…
-> Relire le premier opus <-

Laisser un commentaire

A lire aussi dans la rubrique Actualités

Depuis 2016, Syneris a isolé 1,4 M de m2 sur plus de 12 000 chantiers en France, au Benelux et en Italie. [©Syneris]
- réagissez

Syneris prend son envol

Depuis sa création en 2016, Syneris totalise 1,4 M de m2 isolés et rendus étanche à l’air par les applicateurs du réseau de franchises.

Sylvain Bonnot souhaite « devenir pour l’isolation ce que Velux est à la fenêtre de toit ! ». [© Myral ]
- réagissez

Myral : 30 ans et toujours présent !

Le groupe Myral, mené par Daniel Bonnot, a réussi à travers les années à s’imposer sur le marché français de l’ITE.

Les jeunes visiteurs ont pu assister à un atelier “Je fabrique mon béton coloré” organisé par le Cérib [©Cérib]
- réagissez

Le Cérib prêche pour le béton à Chartres

Début octobre dernier, le Cérib a fêté la science et le béton, à travers des ateliers ludiques et des expositions à l’IUT de Chartres, en Eure-et-Loir.

ACPresse sur les réseaux sociaux

Du coté de nos magazines

Couv BLM72

Bétons le Magazine

Le n° 72 est paru

Nos partenaires