S'abonner

L’architecte américain Robert Venturi n’est plus

par redaction | - réagissez

L'architecte américain Robert Venturi de 93 ans n'est plus. [©Wikimedia Commons]

L’architecte américain Robert Venturi de 93 ans n’est plus. [©Wikimedia Commons]

L’architecte américain post-moderne Robert Venturi vient de nous quitter à l’âge de 93 ans.Il était atteint, a déclaré son fils, James Venturi, de la maladie d’Alzheimer. « Immense théoricien, ses travaux font définitivement sortir l’architecture du Modernisme. »C’est d’abord comme critique de l’architecture fonctionnaliste que Robert Venturi s’est fait connaître. Auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels “Complexity and Contradiction in Architecture, publié par le Museum of Modern Art de New York en 1966, qui marquera de façon durable la fin de la période dominée par Le Corbusier ou encore Mies van der Rohe . En effet, Robert Venturi a« libéré sa discipline des dogmes du modernisme fonctionnaliste et ouvert la voie au chaos de formes fantaisistes et déliées, qui modèlent, pour le meilleur et pour le pire, le profil des villes du monde depuis le début des années 1980 ». Après un demi-siècle dominé par des principes formels de Le Corbusier et de Mies van der Rohe, « qui avaient fini par se figer dans le systématisme lisse et rigide du style international et produire, en outre, le désastre urbain des grands ensembles », Robert Venturi appelait l’architecture à embrasser “la complexité et les contradictions de l’expérience moderne”, à tourner le dos à la “morale puritaine de l’orthodoxie moderne” et à s’épanouir “joyeusement dans l’impureté, l’ambiguïté, le désordre”. Il reçoit, tant pour ses recherches que pour ses réalisations, le prestigieux Prix Pritzker en 1991.

 

 

L'une de ses principales réalisations est une maison de retraite, La Guild House à Philadelphie (1960-1963), dont Robert Venturi se servait pour étayer ses thèses sur « le laid, l'ordinaire et le symbolique en architecture ». [©Wikimedia Commons]

L’une de ses principales réalisations est une maison de retraite, La Guild House à Philadelphie (1960-1963), dont Robert Venturi se servait pour étayer ses thèses sur « le laid, l’ordinaire et le symbolique en architecture ». [©Wikimedia Commons]

Sa vie, son œuvre

Après être diplômé à l’université de Princeton en 1947, Robert Venturi y obtient un MFA en 1950. Il poursuit ses études de 1954 à 1956 à l’Académie américaine de Rome où il obtient une bourse et où il tombe sous l’influence du maniérisme et du baroque. Il collabore avec Eero Saarinen et Louis Kahn avant d’ouvrir sa propre agence en 1958. En 1964, il s’associe avec John Rauch et quelques années plus tard son épouse Denise Scott Brown, elle-même architecte, rejoint l’agence.
Son œuvre est hétérogène : aussi bien des projets d’aménagement urbain que des villas, des musées, des supermarchés, des maisons de plage ou des instituts de recherche. L’une de ses principales réalisations est une maison de retraite, La Guild House à Philadelphie (1960-1963), dont Robert Venturi se servait pour étayer ses thèses sur « le laid, l’ordinaire et le symbolique en architecture ».

M. C.

Laisser un commentaire

A lire aussi dans la rubrique Actualités

« Très bonne année 2018 ». C’est par ces mots que commence l’interview de. François Guilloteau, président de Sateco. [©Sateco]
- réagissez

Sateco : « Très bonne année 2018 »

« Très bonne année 2018 ». C’est par ces mots que commence l’interview de François Guilloteau, président de Sateco, donnée lors de la Journée portes ouvertes de l’entreprise, mi-octobre dernier.

Le 22 novembre prochain, le SNBPE Sud-Est organise une journée de rencontres autour de la projection du film-documentaire de la photographe Fanny Tondre “Quelque chose de grand”. [©SNBPE]
- réagissez

Le SNBPE fait son cinéma

Le 22 novembre prochain, le SNBPE Sud-Est organise une journée de rencontres autour de la projection du film de Fanny Tondre “Quelque chose de grand”. Ce documentaire retrace l’histoire d’un chantier hors norme.

Cette année, le marché des matériaux se consolide, mais ne prend pas d’envergure. [©ACPresse]
- réagissez

Unicem : Des incertitudes pour 2019

Si 2017 a été marquée par un vrai rebond de l’activité matériaux en France, après 7 ans de repli, 2018 enregistrerait des chiffres plus modestes. Et l’année 2019 s’annonce avec encore quelques incertitudes.

Le Pôle Fibres-Energivie a diffusé, ce mois de décembre, son “Livre blanc” pour réussir la transition énergétique. [©Pôle Fibres-Energivie]
- réagissez

Pôle Fibres-Energivie publie son Livre blanc

Depuis plus d’un an, le Pôle Fibres-Energivie se questionne sur la transition énergétique. Le résultat de ses recherches et des propositions de solutions pour tendre vers un bâtiment de qualité se retrouvent dans le “Livre blanc”. Un outil de réflexion diffusé ce mois de décembre.

Du coté de nos magazines

Bétons le Magazine

Le n° 79 est paru