S'abonner

Directeur technique en usine de préfabrication

par ataroa | - réagissez

Richard Diemer, directeur technique en usine de préfabrication

Ce métier fait appel à de nombreuses connaissances.


Choisir et mettre en œuvre l’outil de production, telle est la mission du directeur technique en usine de préfabrication. Explications avec Richard Diemer, directeur technique en usine de préfabrication chez Rector.


« Je suis directeur technique pour l’ensemble des usines de notre groupe. J’anime un centre de compétences transversal, chaque usine ayant son autonomie de gestion et d’exploitation. Notre service est un centre de ressources dont le but est le développement technologique et technique, le conseil, la veille et l’assistance technique. Nous définissons le process et les moyens techniques à mettre en œuvre pour la fabrication de nos produits.
Lorsqu’il s’agit de démarrer une nouvelle usine, c’est mon service qui est en charge de “l’approche terrain” depuis l’obtention du permis de construire jusqu’à la création d’un outil de production complet. Au quotidien, j’interviens sur la (re)mise à niveau des équipements pour une meilleure performance, ce qui suppose d’assurer une veille technologique et une assistance sans faille. Pour mon métier, une base technique est indispensable. Je suis ingénieur de formation. Il faut bien comprendre le matériau et les technologies employées pour le fabriquer. Ce métier fait appel à de nombreuses connaissances (mécaniques, électriques, automatismes, structures, béton, génie civil…).
Ce qui est récurrent, c’est que nous fonctionnons avec un budget. Nous budgétons l’évolution de l’entreprise et ses moyens techniques. Les outils de production seront choisis dans cette enveloppe en fonction du produit à fabriquer et ils seront dimensionnés selon la productivité recherchée et aménagés en tenant compte de l’opérateur. L’évolution technologique préside au choix des machines qui ont désormais intégré des critères de qualité et de sécurité. Nos fournisseurs adaptent les machines à nos besoins, à notre cahier des charges à partir d’éléments standards qu’ils feront évoluer. Il peut s’agir de l’installation d’un carrousel dans un bâtiment existant qui va permettre d’accélérer le processus de production. Il faut aussi déterminer des moyens de manutention, de stockage et de transport des éléments adaptés à ces produits.
Pour adapter un outil performant, il faut bien entendu choisir son lieu de production en fonction de ses marchés. On estime par exemple qu’il est rentable de transporter un prémur sur 200 à 400 km. Au delà, le coût de transport devient trop important. »


Abécédaire

A comme Avantages
Très diversifié, c’est le métier idéal des passionnés de technique, chaque usine ayant ses spécificités propres.

I comme Inconvénients
Il requiert de la disponibilité surtout lorsqu’on est responsable de plusieurs unités de production. Un démarrage d’usine peut durer six mois et un dépannage de machine, une semaine.

L comme lieu de travail
Le directeur technique passe la plupart de son temps dans l’usine et un peu au bureau. Il peut être amené à se déplacer entre plusieurs sites.

M comme Matériaux
Le béton (pour les éléments produits) et l’acier (pour les machines permettant cette production… et les armatures).

M comme Missions
Le directeur technique en usine de préfabrication est l’interlocuteur du ou des sites de production pour tout ce qui concerne les équipements, la technique et l’industrialisation.

O comme Outils
Téléphone portable et micro-ordinateur.

P comme Panoplie
Chaussures de sécurité et baudrier pour circuler dans l’usine. Tenue décontractée pour le bureau.

Q comme Qualités
De l’humilité, de la persévérance, être travailleur et savoir travailler en équipe. Avoir quelques aptitudes au management.

S comme Salaire
Dans un grand groupe possédant plusieurs usines : 80 000 € bruts annuels.
Chez un préfabricant ayant une seule usine où directeur technique est aussi directeur de l’usine : 50 000 € bruts annuels.


Formation

Il n’existe pas de formation spécifique à la fonction de directeur technique en usine de préfabrication. A la base, une formation d’ingénieur (bâtiment, TP ou généraliste) est nécessaire. Ensuite, les directeurs sont recrutés parmi les personnels de bureau d’études (compétences théoriques) et les chefs de chantier (compétences pratiques).

Parution :

Les commentaires sont fermés.

A lire aussi dans la rubrique Métiers

- réagissez

Plaquiste : Le chef d’orchestre de l’aménagement

Maître des formes et des volumes, le plaquiste est l’expert incontesté de l’isolation et du confort. Présentation d’un métier technique et créatif en mutation constante, avec Jérôme Coursier de l’entreprise JC Bâtiment, installée à Saint-Rémy-de-Provence (13).

- réagissez

Façadier-itéiste : Le traqueur de ponts thermiques

Le métier de façadier-itéiste est assez récent. La main-d’œuvre formée est rare, mais souvent passionnée par ce métier qui mêle technique et esthétique, et qui devrait offrir de belles opportunités. Découverte avec Pascal Rambaud, directeur de l’entreprise Espace et Energie (78).

- réagissez

Devenir… Echafaudeur : « Priorité sécurité »

Tout chantier de rénovation de façade se doit d’avoir un échafaudage pour pouvoir être traité en toute sécurité. La sécurité, c’est justement le cœur du métier de l’échafaudeur. Découverte avec Claude Davouste, directeur d’exploitation et gérant d’Echafaudage Service, filiale de Layher.

ACPresse sur les réseaux sociaux

Du coté de nos magazines

Couv BLM72

Bétons le Magazine

Le n° 72 est paru

Nos partenaires